Test

[Test] iPad Mini 5e génération (2019) : aucun risque

Performances & Autonomie

Notre avis
7 / 10
Apple

Par Remi Lou le

Si on regrettera un design qui n’a clairement pas évolué, côté performances, c’est une toute autre histoire. Le dernier iPad mini embarque la puce A12 Bionic, le tout dernier processeur d’Apple déjà présent sur les iPhone XR/XS/XS Max. On ne va pas y aller par quatre chemins : l’iPad Mini 2019 est un monstre de puissance qui bénéficie d’une réactivité à toute épreuve. Avec iOS 12, c’est encore plus parlant. La machine est terriblement véloce et assurée d’avoir de la puissance à revendre pendant de nombreuses années encore et plusieurs mises à jour majeures.

C’est d’ailleurs plutôt pertinent d’utiliser une puce aussi puissante dans cet iPad Mini. Si on n’aura pas forcément l’utilité de toute cette puissance dès maintenant, c’est un gage de longévité, d’autant plus qu’une tablette reste un appareil qu’on renouvelle bien moins souvent qu’un smartphone, par exemple. D’ailleurs, c’est un vrai plus qu’Apple n’ait pas fait de compromis sur les performances de son iPad Mini, car les tablettes de cette taille avec une telle puissance sont très rares sur le marché, voire même inexistantes. L’iPad Mini 2019 s’offre ainsi une voie royale sans réelle concurrence.

On notera également qu’il s’agit du premier iPad Mini à s’offrir une compatibilité avec l’Apple Pencil (1ère génération). Tout comme les iPad non Pro, le stylet doit malgré tout se contenter d’un écran rafraîchi à « seulement » 60 Hz et pas de ProMotion, comme sur les iPad Pro et leurs écrans à 120 Hz. Le stylet s’avère un peu moins réactif, mais la sensation reste très satisfaisante.

Ce support de l’Apple Pencil est un vrai plus pour ceux qui aiment prendre leurs notes à la main et même dessiner sur cet ardoise dont la taille s’apparente beaucoup à celle d’un carnet qu’on embarque partout avec soi.

Par ailleurs, comme il s’agit toujours de la première génération d’Apple Pencil, le recharge façon « tapette à mouche » reste, à notre sens, une grosse erreur de design de la Pomme. Mais après tout, le problème n’est pas tant à imputer du côté de l’ardoise que du Pencil.

Côté batterie, Apple clame toujours une autonomie de 10 heures, que ce soit sur cet iPad mini ou même les Pro. Dans les faits, on arrive plus ou moins à ce résultat, selon les usages. Il faut dire qu’on utilise moins souvent sa tablette que son smartphone, et l’ardoise peut rapidement tenir une bonne semaine en cas d’usage modéré, et pour peu qu’on ne l’utilise pas pour travailler. Mais après tout, sur un Mini, difficile d’être vraiment productif. L’appareil n’est pas vraiment fait pour cela, même si il est désormais possible d’avoir deux applications côte à côte, une fonction autrefois réservée aux modèles « Pro », et qui prend tout son sens sur une petite tablette dont on peut utiliser le clavier virtuel sans problème avec les mains, pour rédiger un texte avec les informations à côté, par exemple.

Au niveau de la photo, Apple n’a pas jugé bon de mettre à l’iPad Mini 2019 ses dernières technologies. On retrouve ainsi un capteur de 8 mégapixels à l’arrière et de 7 mégapixels à l’avant. Les performances sont, il faut bien l’avouer, plutôt médiocre. Mais qui prend vraiment des photos avec son iPad, après tout ?

Si le capteur arrière servira surtout de dépannage et éventuellement de scanner (merci l’application Notes, qui intègre nativement cette fonction), le capteur avant aurait gagné à avoir un peu plus de définition, au moins pour la visioconférence.