Test

Test : Sony Xperia S

Smartphone

Par Anh Phan le

En Utilisation

Quelque part, je ne vais pas trop entrer dans les détails puisque ça reste un smartphone sous Android 2.3 Gingerbread. L’expérience utilisateur reste plus ou moins la même qu’avec les concurrents. Bien évidemment, il y a une surcouche Sony, mais elle est très discrète et ça change de ce qu’on a connu à l’époque de l’Xperia X10.

On n’échappe pas aux applications et widgets sociaux. C’est bien, mais j’ai tendance à n’en utiliser qu’un minimum pour ne pas surcharger l’interface utilisateur d’Android 2.3. De tous les widgets, il n’y a que les raccourcis vers les fonctions de connexions (WiFi, Bluetooth, NFC, etc…) que j’utilise puisque Sony ne s’est toujours pas décidé à personnaliser la barre de notification comme chez Samsung ou HTC !

Pour ce qui est des SmartTags NFC, ce sont en fait deux petits modules qui vous permettront de charger certains paramètres en fonction de chaque SmartTag, avec des fonctions prédéfinies. Et donc non, ça ne se programme pas encore ou alors, je n’ai pas trouvé. Très honnêtement, ça fonctionne, mais c’est plus gadget qu’autre chose. J’attends plutôt de vrais services pour me mettre définitivement au NFC.

Sony oblige, avec le Xperia S, vous avez accès au fameux portail de contenu, le SEN ou Sony Entertainment Network, dans lequel vous pourrez accéder à des films, de la musique ou encore aux jeux Playstation Certified. Par contre, je ne sais pas si c’est dû à un bug ou autre, mais le contenu que je n’ai pas pu voir c’est le contenu que j’avais acheté auparavant…

Du côté du multimédia, Sony ne nous propose pas de compatibilité exotique au niveau des formats. Si vous utilisez le lecteur du Xperia S, ça sera du MPEG-4 ou du MPEG-4. Il vous faudra donc passer par MX Video Player ou consorts pour s’assurer de pouvoir lire tous les formats de vidéos. L’avantage de MX Video Player étant la possibilité d’utiliser des plug-ins pour décoder matériellement les vidéos. Au niveau des performances, en vidéo, rien à redire, le processeur de Qualcomm tient la charge pour les vidéos jusqu’en 720p, après, ça risque de saccader, du moins avec des vidéos lancées depuis MX Video Player. On notera la sortie HDMI intégrée pour une sortie directe sur n’importe quelle TV.

Pour le reste des changements esthétiques, on notera que Sony vous propose une gestion des dossiers similaire à ce que propose Android 4.0, ce qui est bien pratique, mais c’était déjà le cas avec le Xperia Arc et Xperia Arc S. On notera aussi la présence de thèmes et la personnalisation ne se fait donc pas qu’au niveau du fond d’écran. Bon, ce ne sont que des couleurs sur l’interface générale, mais c’est toujours mieux que rien.

On finit par quelques fonctions pratiques comme le DNLA intégré et la présence de quelques applications maisons comme TrackID, un Shazam-like, Xperia Football Downloads, une application de contenu lié UEFA ou encore NeoReader, un lecteur de codes-barres

Sommaire du Test :

Pages : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11