Test

[Test] Watch Dogs 2 : Ubisoft a-t-il tiré des leçons du premier épisode ?

Notre avis
7.5 / 10

Par Kevin-J le

Avant même d’aborder la critique de ce second épisode, revenons quelque peu en arrière afin pour nous pencher sur le cas du premier Watch Dogs. Licence neuve sorti de l’escarcelle d’Ubisoft en 2014, ce titre entendait nous plonger dans un thriller technologique à l’ambiance sombre et paranoïaque sur lequel planait l’ombre d’Orwell et de ses pairs. Un pari à moitié réussi, Ubi cédant à ses vieux démons en nous proposant un jeu usant et abusant des ficelles habituelles du studio. En résultait un jeu pas désagréable, avec même quelques belles idées, mais aussi empli de défauts et honni par toute une communauté de joueurs excédés par les promesses et autres mensonges d’Ubisoft suite au sévère downgrade graphique du titre.

watch dogs 2 1

Autant d’éléments qui n’avaient cependant pas empêché le titre de réaliser un petit carton en terme de ventes, signant de facto la mise en chantier d’une suite, le père Guillemot n’étant pas connu pour laisser tomber les licences qui fonctionnent. Dire que ce Watch Dogs 2 est attendu au tournant serait donc un doux euphémisme et de nombreux joueurs sont avides de découvrir si ce bon vieil Ubi à retenu les leçons du premier épisode pour nous proposer une seconde mouture plus aboutie. Après quelques dizaines d’heures en compagnie du titre, voici quelques éléments de réponse.

watch dogs 2 2

N’y allons pas par quatre chemin, Ubisoft nous a encore une fois servi du Ubisoft, et cela risque de fâcher les « quelques » réfractaires au style du studio. Nos pérégrinations au sein de la baie de San Francisco seront donc parsemées d’activités de remplissage qui peuvent, il faut bien l’avouer, lasser au bout d’un moment. S’il est assez pénible d’aller dégommer quelques barbouzes afin de récupérer un sac de dollars et ce, pour la 25ème fois consécutive ou bien d’aller participer à une énième course de motos/quad/bateau (rayez la mention inutile), toutes peu ou prou identiques, d’autres activités quant à elle sont des plus sympathiques, en sus d’être originales.

watch dogs 2 3

La technologie (et ses dérives, mais nous y reviendrons un peu plus tard) étant au cœur du propos de Watch Dogs, Ubisoft a mis un accent particulier sur cet aspect. Notre héros pourra donc occuper ses heures perdues à jouer les chauffeurs grâce à l’application Driver San Francisco (clin d’œil, clin d’œil), prendre de beaux selfies devant les points d’intérêts de la ville, ou encore tout simplement enrichir la playlist du jeu en traquant diverses mélodies grâce au Shazam local. Mais pourquoi s’adonner à ses a-côtés vous demandez-vous sûrement. Eh bien pour gagner des abonnés. Car voyez-vous, Marcus, et ses petits potes de chez Dedsec ont besoin d’une foule de partisans pour lutter contre les dérives du système orchestrées par Blume.