Annoncé au CES en janvier dernier à Las Vegas, l’Xperia Arc de Sony Ericsson est disponible chez nous depuis plusieurs semaines. Ce haut de gamme du constructeur commercialisé en général aux alentours de 50 euros avec un forfait nous avait beaucoup surpris lors du CES et du MWC, mais qu’en est il réellement à l’heure où les dual-core arrivent en masse ?

C’est d’ailleurs pour cela que le test de l’Xperia Arc n’apparait que maintenant puisque ces dernières semaines, ses concurrents dual-core avaient trusté notre planning de test.

Spécifications

Le Sony Ericsson Xperia Arc est un smartphone sous Android 2.3.3 et vous propose un processeur Qualcomm Snapdragon QSD8255 cadencé à 1GHz, 512Mo de ROM, un chipset Adreno 205, un écran tactile capacitif TFT LED multitouch de 4,2″ avec une résolution de 854×480 et la technologie Reality Display with Mobile Bravia Engine, un capteur Exmor R de 8,1 Mégapixels, l’enregistrement de vidéos en 720p, une sortie micro-HDMI, un tuner FM, le WiFi, le Bluetooth, un aGPS intégré, un port-mémoire microSD avec une carte de 8Go, une batterie de 1500 mAh, le tout dans des dimensions de 125x63x8,7mm pour 117g.

Tour du propriétaire…

Le Xperia Arc est un mobile tout en longeur, trés fin (8,7mm), il offre un design incurvé qui le démarque de ses concurrents. Il est tout en plastique lisse, ce qui le rend assez léger (117g) et il est disponible en deux coloris (bleu noir ou argent). En main, l’appareil a par contre tendance à glisser facilement, pensez donc à bien le ternir fermement :)

Chose rare sur les derniers smartphones Android, ce Xperia Arc est équipé de boutons physiques (retour, home et option) juste en dessous de l’écran, on regrette juste que ceux-ci ne soit pas rétro-éclairés (il y a juste une LED entre elles). Pas de bouton recherche par contre comme c’était aussi le cas sur le Xperia Play.

Au dessus de l’écran, on retrouve les capteurs de proximité et de luminosité, ce dernier fonctionnant parfaitement contrairement au Xperia Play… Par contre, pas de caméra visio sur ce modèle, ce qui peut être un frein pour certains, pas pour nous puisqu’on utilise quasiment jamais la visio.

Sur la tranche gauche, vous aurez juste droit à la prise jack 3,5mm. Dommage donc quelque part parce que si vous n’avez pas de casque ou d’écouteurs avec une prise coudée, ça risque de ne pas le faire.
Sur la tranche droite, on retrouve le port USB (microUSB) , les boutons de volume et un peu plus bas un bouton dédié à l’appareil photo (chose très rare maintenant et donc à signaler parce que c’est bien appréciable). Notez aussi la petite LED de notification bien pratique puisqu’elle aussi est en voie de disparition sur les smartphones les plus récents. A l’intérieur de l’appareil on retrouve le port microSD qui, malheureusement, nécessite d’enlever la batterie pour y accéder, dommage.

Sur la tranche supérieure se trouve le port HDMI (avec une petite trappe de protection) ainsi que le bouton Power qui est juste un peu petit.

Enfin au dos, l’APN de 8 Mégapixels capable d’enregistrer de la vidéo en HD 720p et son flash LED. Ce capteur à la particularité d’être équipé de la technologie Exmor R (rétro-éclairé) offrant une meilleure qualité de photo en condition de faible luminosité, ce qui est appréciable.

Enfin, un petit mot sur l’écran tactile capacitif de 4,2″ avec une résolution de 854×480px et surtout équipé de la technologie Reality Display with Mobile Bravia Engine. On pourrait croire à un argument marketing supplémentaire, mais en fait pas du tout, car le rendu des couleurs est vraiment bluffant ! Certes, il n’a pas le contraste d’un écran Super AMOLED Plus de Samsung mais les couleurs sont chatoyantes et ne sont pas délavées.

Un petit mot sur le packaging du terminal, dans lequel on retrouve, câble USB, le chargeur secteur, une carte microSD de 8Go, un kit piéton filaire et – surprise – un câble micro-HDMI, ce qui est rare par les temps qui courent. Par contre, fait attention, il semblerait que les versions opérateurs en soient dépourvues.

Utilisation

S’il y a un mobile auquel comparé cet Xperia Arc, c’est le Nexus S de Google. Les deux appareils offrent sensiblement les mêmes caractéristiques et finalement les différences sont principalement dans le design de ces derniers mais aussi dans la personnalisation d’Android. Car si le modèle de Google est “brut de décoffrage”, celui du Sony Ericsson utilise l’interface maison que nous avions déjà rencontré sur le Xperia Play et qui est une grande évolution de celle du Xperia X10.

Cette interface est plutôt bien implémentée, pas trop envahissante et ma foi efficace. Aprés, il faut aussi aimer son design bleu et assez angulaire. De nombreux widgets sont disponibles, le menu « applications » est personnalisable (avec la possibilité de partager facilement ses applications) tout comme le « dock » présent sur la home ainsi que les dossiers s’affichant d’une façon plus sympathique qu’Android Stock. Dommage que pour certaines parties, Sony Ericsson ne soit pas aller jusqu’au bout, comme la barre de notification qui ne dispose d’aucun raccourcis.

Par contre, d’autres fonctionnalités ont été ajoutées comme la nouvelle version de TimeScape, revue et corrigée depuis le Xperia X10 mais toujours aussi peu utile, l’application “Serveur Multimédia” qui peut se soustraire au port micro-HDMI car il transforme votre terminal en serveur DLNA ou plus récemment la fonction Facebook inside Xperia permettant d’intégrer en profondeur Facebook dans les différentes applications du mobile (dans les contacts, la galerie photo…) et de partager facilement du contenu depuis celle-ci (musique, photo, vidéo…). A ce propos, on a particulièrement aimé cette intégration de Facebook puisqu’une fois votre compte paramétré dans l’application officielle, tout votre contenu multimédia va se retrouver dans les applications correspondantes, sans oublier les statuts et autres. Très bien.

Notez également que sur l’Android Market, il y a une section dédiée à Sony Ericsson comme chez HTC. Pour accéder à vos application il vous faudra donc passer par la touche Options.

Petit détail pratique, le bouton Home permet de réveiller l’appareil quand ce dernier est en veille. Pas besoin donc d’aller appuyer sur le bouton Power pas très facile d’accès d’ailleurs et assez petit, soit dit en passant.

Comme on parle de l’interface de SE et d’Android, sachez que c’est Android 2.3.3 qu’on retrouve dans cet Xperia Arc. L’OS de Google est assez fluide, rapide et ne perd pas en ergonomie comme cela peut être parfois le cas avec une surcouche trop lourde. On se retrouve donc avec un appareil aussi véloce qu’un Nexus S voire plus alors qu’il a une surcouche. Gardez à l’esprit que ce n’est pas un dual-core et donc pas comparable à un Galaxy S2 par exemple. Le processeur utilisé, un Qualcomm Snapdragon QSD8255 cadencé à 1GHz, est celui des Desire HD, Desire S ou encore Incredible S, donc si vos besoins multimédias ne sont pas trop élevés, c’est largement suffisant.

On ne va pas ici vous redétailler toutes les fonctionnalités d’Android car elles sont identiques sur chaque téléphone et si Sony Ericsson apporte quelques applications maisons, il y en a une qui devrait l’aider à se vendre, c’est celle de Canal+. En effet, le constructeur offre avec le terminal 3 mois d’abonnement sans engagement à Canal+ et CanalSat sur mobile. Notez aussi qu’un jeu Gameloft est offert ainsi que 15 jours à Deezer premium.

On regrettera par contre le manque de mémoire interne de l’appareil (380Mo), ce qui pourrait vite vous limiter en nombre d’application, et ce, malgré les 8Go de la carte microSD livrée, car certaines applications ne peuvent être déplacées sur la carte mémoire…

Comme on l’a déjà dit plus haut, l’écran de cet Xperia Arc (TFT avec rétro-éclairage LED) est également très agréable, le fameux Mobile Bravia Engine n’est pas là pour juste être un argument marketing, il donne à l’écran de belles couleurs, très lumineuses avec un bon contraste. Seul hic, en plein soleil, celui-ci n’est plus très lisible à moins de le régler en luminosité maximale.

Un autre point positif de cet Xperia Arc, c’est sa prise micro HDMI (et le câble livré avec forcément), car en plus de faire du HDMI mirroring comme les copains (l’image de votre smartphone est dupliquée sur votre TV), le Xperia Arc est compatible HDMI-CEC, ce qui vous permet en plus de pourvoir tout contrôler depuis la télécommande de son téléviseur (Sony de préférence).

Quelques mots sur la partie téléphonie… Pas spécialement d’évolution de ce côté là, ni même de problème particulier concernant l’accroche réseau. Mis à part les contacts enrichis via Facebook notamment et un design légérement différent, ce Xperia Arc ressemble à n’importe quel smartphone sous Android.

Notez que le Xperia Arc est équipé d’un tuner FM (obligation de mettre un casque afin de pouvoir capter la radio).

Et le multimedia dans tout ça ?

Côté navigation Web, rien de nouveau sur cet Xperia Arc, c’est Chrome Mobile qui est présent, le multitouch fonctionne bien, tout comme le flash, même si comparé à du dual-core, ce dernier présentera quelques ralentissements, mais il s’en sort quand même mieux que le Nexus S par exemple…

Côté jeux, rien a signaler également, cet Arc fonctionne avec les jeux téléchargés sur l’Android Market, mais pas les derniers optimisés pour les dual-core bien évidemment. Pour rappel, ce Xperia Arc dispose d’un GPU Adreno 205.

Côté vidéo, on retrouve malheureusement les limitations d’Android de base, dommage que Sony Ericsson n’est pas jugé nécessaire de faire comme ses concurrents. Il n’y a donc aucune compatibilité avec différents formats vidéo en natif, mis à part avec le MP4 (jusqu’en 720p)… Il vous faudra télécharger une application comme Moboplayer pour pouvoir lire l’ensemble de vos fichiers. Attention, le MKV HD étant particulièrement gourmand, il aura beaucoup de mal a passer.

Côté audio, on retrouve un lecteur made in Sony Ericsson fort sympathique, ergonomique et assez complet avec notamment l’affichage des pochettes, des égaliseurs ou encore la possibilité de rechercher du contenu en ligne sur les artistes que vous écoutez.

Enfin, le meilleur pour la fin, l’APN équipé d’un capteur Exmor R donc rétro-éclairé, offre des prises de vue très bonnes, bien au dessus de certains de ses concurrents. Si en plein jour cela est moins flagrant, dés qu’il fait un peu sombre, pas besoin de flash pour avoir un bon résultat. Attention, le zoom n’est disponible que pour les résolutions de 2MPx maximum. Le mise au point peut se faire en touchant l’écran.

A noter le bouton dédié à l’APN sur le téléphone, une chose bien rare de nos jours et évidemment bien pratique quand vous voulez rapidement prendre une photo.

La capture vidéo, elle, est possible jusqu’en HD 720p, pour un résultat franchement satisfaisant.

Ce capteur photo est vraiment la belle surprise de cet Xperia Arc.

Autonomie

Petite déception quant à l’autonomie de cet Xperia Arc car malgré sa batterie de 1500mAh commune à de nombreux terminaux, celui-ci arrive difficilement à tenir une grosse journée compléte ! Il tient dans les 10h en moyenne pour une utilisation assez intensive (push mail, surf, audio, jeux…). Si vous n’utilisez pas la 3G, il devrait vous tenir plus longtemps évidemment mais bon, ce n’est pas dans le principe d’un smartphone.

Conclusion

Le Xperia Arc de Sony Ericsson est plutôt une bonne surprise et représente un excellent rapport qualité/prix. Certes, ce n’est pas un dual-core et il affiche ses limites dans certains domaines, mais comparé à un Nexus S ou un Optimus Black, il se défend assez bien et se retrouve même parfois devant comme avec son écran des plus agréables et son APN à la hauteur de nos espérances.

Points positifs:
-Design
-Ecran
-APN
-Sortie HDMI
-Prix

Points négatifs:
-Capacité
-Autonomie
-Finition plastique
-Compatibilité audio/vidéo en natif
-Pas de camera visio

Un grand merci à notre partenaire EXPANSYS pour nous avoir envoyé en temps et en heure ce Samsung Galaxy S2.

Galerie complète