Suicide d’une adolescente : les Anonymous s’en mêlent

Sur le web

Par Domejean le

Mercredi dernier, Amanda Todd, une jeune canadienne de 15 ans victime de cyberharcèlement se donnait la mort. Une bien triste histoire qui a attiré l’attention de nombreuses personnes dont certaines qui revendiquent faire partie du collectif des Anonymous, en quête de justice…

L’adolescence est une période bien difficile, en plus des changements liés à la puberté, il y a ce besoin de trouver sa place, de se construire, de se mêler aux autres et c’est généralement dans cette période que le besoin d’attirer l’attention se fait le plus sentir. Malheureusement, c’est aussi durant cette période que l’on retrouve les premières formes d’harcèlement moral. Cependant, depuis quelques années les jeunes adolescents se retrouvent face à un nouveau problème qui amplifie le phénomène : Internet.

Amanda Todd est non seulement une jeune femme victime de la méchanceté des adolescents, mais également des risques liés au Web. Il y a un mois, la jeune fille a publié une vidéo d’appel à l’aide sur YouTube, expliquant son histoire à l’aide de feuilles en papier. Dans cette vidéo, elle explique qu’à 12 ans elle a commencé à faire des sessions Webcam avec ses amis, puis avec des inconnus, dont un, un peu trop entreprenant, qui a réussi à obtenir un an plus tard une photo de sa poitrine. C’est alors que l’inconnu a commencé à la menacer de diffuser ses photos via Facebook… Malheureusement, cette personne a mis ses menaces à exécution, envoyant alors les photos à ses amis et sa famille.

Amanda a souvent changé de collège, mais le maître chanteur continuait d’envoyer les photos à ses nouveaux amis. De ce fait, elle était la cible de moqueries, de méchanceté, la plongeant ainsi dans la dépression, l’alcool et les drogues. Dans sa vidéo elle raconte sa solitude et explique que sa naïveté l’a entraîné dans des conflits menant à la violence. Tristement, un mois après la publication de sa vidéo Amanda Todd se donne la mort… Un scénario bien trop fréquent. Combien d’appels à l’aide faudra-t-il encore pour prévenir davantage des dangers liés à l’harcèlement, qu’il soit sur Internet ou ailleurs.

Les Anonymous s’en mêlent
Quoi qu’il en soit au Canada, ce suicide a suscité de nombreuses questions concernant le cyberharcèlement et a poussé certains se disant faire partie du collectif Anonymous à chercher le maître chanteur d’Amanda Todd. D’après un document publié sur PasteBin, ce présumé pédophile se nomme Kody Maxson, un Canadien âgé de 32 ans, son adresse y est même inscrite. Une conversation a même été publiée et d’après le collectif, ce dernier aurait alimenté des sites pédo-pornographiques avec les images d’Amanda…

Cependant, il faut se poser les bonnes questions. Tout d’abord, Amanda a été victime d’un fléau sur le Web et quelque part, le Web dans un mouvement de solidarité cherche à venger cette erreur, mais est-ce une bonne chose que d’incriminer une personne dont la culpabilité n’a pas été encore prouvée, dans une période où l’on cherche absolument un coupable ? Même si l’intention n’est pas mauvaise, la justice est là pour faire son travail et une vingtaine d’enquêteurs sont déjà sur l’affaire.

Amanda Todd

Source: Source