Moins de deux jours, c’est le temps qu’il aura fallut à l’ARCEP pour vendre les fréquences des 700 MHz , dites “en or” à cause de leur bonne pénétration des bâtiments aux 4 opérateurs français. L’état voulait tirer de cette vente plus de 2,5 milliards d’euros. Selon “Le Monde” l’objectif est largement atteint puisque ce sont près de 2,8 milliards que vont débourser les opérateurs pour obtenir ces bandes de fréquences.

operateurs-francais

L’état avait rapidement annoncé la mise aux enchères de ces bandes de fréquences pour faire face à un besoin de liquidité du coté du budget de la défense. C’est l’autorité des télécommunication qui est chargée de procéder à ces ventes aux enchères sur un principe simple.

Un prix de départ de 416 millions d’euros est donné par le régulateur, prix pour lequel les opérateurs doivent indiquer le nombre de bande voulues. Si ce nombre est supérieur aux 6 bandes disponibles à la vente, alors le prix par bande est augmenté de 5 millions d’euros et le processus recommence jusqu’a ce qu’un équilibre soit atteint entre les opérateurs.

Ce processus permet à l’état de retirer un maximum de profit d’une telle vente sans pour autant avantager de façon arbitraire un opérateur.

Toujours selon les informations du monde, qui devraient être confirmées par l’ARCEP en fin de journée, il y aurait eu 10 tours d’enchères, faisant monter les prix à 466 millions d’euros par bande de 5 MHz.

Pour ce qui est de la répartition entre les opérateurs, Orange sortirait grand gagnant de ces enchères aux cotés de Free. L’opérateur historique avait été autorisé à acheter au maximum 2 bandes alors que le petit dernier dans la famille des opérateurs pouvait aller jusqu’à trois. Au bout du compte, les deux ont obtenu deux bandes de 5 MHz pour la somme de 932 millions d’euros.

Les deux opérateurs restant, Bouygues et SFR ferment la marche en obtenant chacun un bloc sur les deux qu’ils pouvaient tenter d’avoir.

Il faut bien faire attention à remettre ces résultats dans leur contexte, les besoin de Free ne sont pas les même que ceux de Bouygues ou encore d’Orange. Free est un peu en retard pour ce qui est du déploiement de la 4G et dispose de moins de bandes de fréquences que ses concurrents pour ce qui est de la 4G. Il est donc normal que Free prenne plus de bandes lors de ces enchères, d’autant plus que l’opérateur de Xavier Niel est en pleine construction de son réseau. En revanche, les deux bandes prises par Orange sont une insolente déclaration de force de la part de l’opérateur historique. Orange dispose déjà de 50 MHz de 4G contre seulement 35 pour Free et 45 pour les deux autres opérateurs. L’opérateur n’a donc pas besoin pour le moment de ces fréquences mais pourrait choisir de les utiliser plus tard. Un investissement sur le futur, alors que la demande en terme de 4G et de débit ne cesse d’augmenter.

Source

Une erreur dans l'article ? Proposez-nous une correction