Jeux vidéo : et s’ils étaient bon pour les enfants ?

Par JDGa le

Lu dans Le Monde 2 n°141, 28 Octobre 2006. Michael Stora, psychanalyste :

[…]Violence et addiction sont les thèmes préférés des médias pour qui les jeux vidéo sont un obscur objet de plaisir dangereux.[…]Ces joueurs qu’on dit “no-life”, sans vie, représentent 0,01% des pratiquants ! Et le jeu n’est pas la cause mais le révélateur du mal-être.

Ouf. Enfin le monde (avec jeu de mots) se réveille enfin. Le vent tourne, et c’est pas trop tà´t.