Tim Schaffer, Kickstarter et le business du jeu vidéo

Par François le

Avec Tim Schaffer qui réussit l’exploit de lever presque 2 millions de dollars sur Kickstarter pour son nouveau projet avec Double Fine (un point and click à l’ancienne a priori), on s’interroge. Ne serait-ce pas le moyen idéal pour certains petits éditeurs de financer des projets qui seraient jugés trop risqués par les « gros » éditeurs ?

Il ne faut pas trop s’emballer, si lever 2 millions de dollars lorsque l’on en demande « que » 400000 n’est pas un mince exploit, il ne faut tout de même pas perdre de vue que le véritable budget d’un titre dit « AAA » propre à générer des revenus (et un retour sur investissement) conséquent n’est pas vraiment de ces ordres-là. Ce qui risque de mettre à mal notre rêve de voir réaliser par le biais de ce genre de projet Kickstarter des remakes ou des suites de jeux anciens. On parle pour un Mass Effect 2 par exemple d’un budget de plus de 40 millions de dollars. Evidemment c’est un peu à cause de ce genre de budget que les éditeurs ont du mal à se lancer dans des projets nouveaux (et innovants)… Du coup c’est un cercle vicieux. Malgré tout quand on regarde les revenus générer par le jeux vidéo cette année, on n’est pas prêt de voir les budgets baisser. Bien au contraire. Pour autant les productions indépendantes se portent bien, et l’utilisation intensive du PSN et du Xbox Live Arcade pour tenter des choses laisse une note d’espoir dans tout cela.

On souhaite malgré tout bonne chance à Tim Schaffer, qui tient bon gré mal gré entre ces mains un sacré budget, et la reconnaissance du public. Il a intérêt à ne pas faire n’importe quoi !

stopwatch 2 min.