La voiture volante est désormais réalité !

Sur le web

Par Moe le

Non, il ne s’agit pas d’un poisson d’avril douteux, les comportements paranoïaques étaient légitimement de rigueur hier mais il s’agit d’une petite révolution dans le monde de l’aéronautisme.

La société américaine Terrafugia a en effet annoncée que son appareil baptisé Transition (ndlr :S’échapper de la terre en latin) était sur le point d’être commercialisé. La société avait fait connaître son projet ambitieux de voiture/avion de tourisme personnel en 2009 lors de l’essai de son premier prototype et Terrafugia semble confiant dans la commercialisation du projet dans le courant de l’année.

Annoncé à un prix d’environ 279 000 dollars (213 000 euros), le Transition aurait déjà fait l’objet d’une centaine de commandes et Terrafugia souligne que de récentes innovations en matière de conception ont largement contribué à rendre l’engin accessible au plus grand nombre (tout est relatif).

Le Transition mesure 2,3M les ailes repliées, en configuration voiture donc. Comptez 8 mètres d’envergures une fois les ailes déployées sans compter la longueur de l’appareil, comparable à celle d’une berline.

Malheureusement, le Transition devra surmonter les mêmes enjeux que d’autres concepts similaires en leur temps : L’appareil a besoin d’une piste d’au moins 762 mètres pour décoller, bien loin des 300/400 mètres requis pour un ULM, l’utilisateur du Transition devra à la fois posséder son permis de conduire mais également une licence de pilote (qu’elle soit privée ou d’ULM). Enfin, hormis le coût d’acquisition (ce genre d’appareils pouvant très bien se retrouver en location) de l’appareil, il faudra également compter sur la réglementation en vigueur dans chaque pays. En France notamment, l’aviation civile est déjà très stricte en ce qui concerne la circulation de petits aéronefs dans l’espace aérien national.

La nature même du Transition étant de permettre aux conducteurs de s’affranchir des contraintes de la circulation automobile, il semble inévitable que ce soit les contraintes aériennes qui suffisent à calmer les ardeurs des principaux intéressés.



Source: Source