Un ex Lulzsec se confie sur sa vie sans internet

Sur le web

Par Pierre le

Jake Davis est l’ancien porte-parole du groupe Lulzsec, qui a été arrêté il y a un an. Lulzsec, c’est le groupe de hackers qui avait mené une campagne de piratage contre de grosses compagnies l’année dernière. Après 50 jours de piratage, le porte-parole du groupe, Jake Davis alias Topiary, avait été arrêté. Il avait ensuite été remis en liberté conditionnelle avec une condition : ne pas aller sur internet. Un an après l’affaire, Topiary se confie et dévoile les côtés bénéfiques d’un tel sevrage.

Dans une tribune accordée au journal anglais the Guardian, l’ancien hacker parle de sa nouvelle vie sans le web, et il vit cela plutôt bien. Il déclare même retrouver les petits plaisirs de la vie :

La vie est plus sereine. Je retrouve le plaisir simple de la lecture de journaux, et plus comme s’ils étaient de vieux parchemins, le plaisir d’entrer dans des magasins réels avec de l’argent réel (…) Plus rien ne doit être interprété pour en faire une blague élaborée afin d’impressionner une population dont chaque émotion est dictée par une séquence de touches. Les choses sont plus clames, plus lentes, et avouons-le, plus ennuyeuse. (…) Cependant, il y a quelque chose d’étrangement attachant d’être déconnecté de la horde numérique.

De même, Topiary l’avoue, être déconnecté a un côté agréable : le fait de ne plus être constamment relié à des personnes que l’on ne connait pas et sans cesse sur le qui vive à propos de l’actualité sur le web :

J’ai le sentiment d’être en mesure de fermer les yeux sans être bombardé de flash ou de sons bourdonnants que je perçois depuis mon adolescence et qui sont liés à des marathons informatiques perpétuels. Le sommeil est maintenant plus tranquille et sans interruption, de plus, les livres semblent beaucoup plus intéressants. La paranoïa a certainement disparu. (…) Le manque constant d’internet a fait de moi un homme plus accompli. J’étais comme ces enfants collés devant leur écran chaque jour, et je n’aurai jamais pu imaginer tenir un tel discours un jour.

Enfin, l’ex-hacker a un petit mot pour ces anciens amis :

Ce n’est pas à moi de spéculer si oui ou non la communauté des hackers devrait cesser de se prendre trop au sérieux. Mais j’étais empêtré là-dedans, et j’avais oublié à quel point il était facile d’éteindre un ordinateur.

Bref, Topiary vante les mérites d’une vie déconnectée. Un discours qui tranche avec ses activités du passé, et qui, dans une société qui s’interroge sur la possibilité ou non de se déconnecter totalement, apporte sa pierre à l’édifice.

Source: Source