ZTE n’est pas content et le fait savoir (MAJ)

Business

Par Moe le

Erratum du 10/10/2012 :

Contrairement à ce que notre article du 9 octobre laissait croire, l’affaire qui oppose le gouvernement américain aux sociétés chinoises Huawei et ZTE ne concerne PAS les smartphones commercialisés par ces deux entreprises.

Approché par l’attaché de presse du constructeur ZTE, nous mettons ici en copie l’extrait du communiqué adressé par la société au public :

Paris le 10 octobre 2012 –

ZTE réitère aujourd’hui son soutien à son modèle sécurisé de fourniture d’équipements et renouvelle son souhait de travailler avec le House Permanent Select Committee on Intelligence (HPSCI), les agences gouvernementales et le secteur privé pour toutes les problématiques liées à la cyber sécurité.[…]

ZTE est un fournisseur innovant de technologies de télécommunication qui enregistre d’excellents résultats depuis maintenant trente ans. Il fait partie des sociétés les plus influentes sur le marché international des équipements et est reconnu comme étant un partenaire de confiance par plus de 500 opérateurs de réseau dans 140 pays. ZTE est la première des sociétés chinoises à avoir conclu des accords de licences technologiques avec des fournisseurs américains, le premier accord de licence ayant été signé en 1999 avec Qualcomm. Ces dernières années, ZTE a investi plus de 14 milliards de dollars USD dans des puces électroniques et d’autres équipements américains, et a créé plus de 20 000 emplois directs et indirects aux États-Unis. ZTE restera à l’évidence l’un des principaux clients des fournisseurs d’équipements de télécommunication américains dans les années à venir.

Aux vues de sa coopération et des éléments d’information présentés, ZTE est déçu que le Comité ait choisi de concentrer son enquête sur les deux plus grandes sociétés chinoises et d’en exclure les fournisseurs d’équipements de télécommunication occidentaux et leurs partenaires chinois. Sachant que la quasi-totalité des équipements de télécommunication américains est produite en Chine, l’angle choisi par le Comité pour traiter le problème des risques pour l’infrastructure de télécommunication américaine est si réduit qu’il écarte de l’enquête les fournisseurs de la grande majorité des équipements utilisés sur le marché américain. ZTE est un fournisseur d’équipements d’infrastructure de télécommunication d’une taille relativement modeste par rapport à la plupart des fournisseurs occidentaux. Le chiffre d’affaires que ZTE a tiré des ventes de ce type d’équipements de télécommunication aux États-Unis était de moins de 30 millions USD l’an dernier. Deux fournisseurs occidentaux ont à eux seuls fourni des équipements d’une valeur totale de 14 milliards USD sur le marché américain.

« ZTE admet et respecte totalement l’obligation du Comité de protéger la sécurité nationale des États-Unis », a affirmé Dai Shu. « ZTE estime néanmoins que l’enquête du Comité est trop axée sur la position géographique des fournisseurs et pas assez sur la sécurité des équipements. Le Comité a écarté de l’enquête les fournisseurs occidentaux et leurs partenaires de production chinois qui fournissent pourtant la grande majorité des équipements américains actuellement en usage. Par ailleurs, le Comité n’a pas saisi l’opportunité qui lui était offerte de faire progresser l’utilisation universelle du modèle sécurisé de fourniture d’équipements qui protège pourtant les réseaux de télécommunication critiques, indépendamment du fournisseur. »

Article du 9/10/2012 :

Les deux constructeurs chinois Huawei et ZTE doivent depuis peu faire face à une fronde des autorités américaines vis à vis du risque potentiel que leurs terminaux pourraient représenter à la sécurité de la nation.

Oui c’est japonais, move on.

En effet, le congrès américain a jugé après une étude d’un mois que les terminaux de ces deux constructeurs devaient être placés sur une “liste noire” d’appareils électroniques potentiellement utilisables à des fins d’espionnages par le gouvernement chinois.

Une situation sur laquelle ZTE a souhaité réagir publiquement dans un communiqué que voici :

Compte tenu des accords de coopération que ZTE a consenti à réaliser avec les autorités américaines, notre société est déçue de constater que les instances américaines ont décidées de concentrer leurs études sur les deux plus grandes sociétés de téléphonie chinoises sans prendre en considération les sociétés occidentale opérant en partenariat proche avec des sociétés chinoises (moins connues).

Compte tenu du fait que virtuellement tous les constructeurs américains de smartphones utilisent du matériel produit en Chine, les autorités semblent éluder le fait que le risque pour les Etats Unis pourrait néanmoins être présent au sein des terminaux d’origine américaines puisque l’essentiel de leur sous-traitants sont chinois.

Les ventes de ZTE sur le territoire américain sont négligeables : 30 millions de dollars de chiffre d’affaire l’an dernier. A titre de comparaison, les deux plus grandes sociétés de télécoms (ndlr : on imagine qu’il s’agit d’Alcatel-Lucent et Cisco) occidentales ont générées sur le sol américain près de 14 milliards de dollars en vente de produits et services.

Source: Source