Sapphire décline sa technologie Vapor X pour processeurs

Hardware

Par Moe le

Le constructeur Sapphire, plus connu pour ses cartes graphiques AMD et leur technologie Vapor X décline pour la première fois son système de refroidissement à destination des processeurs de PC de bureau. Toujours sur une technologie de chambre à vapeur brevetée, le système de refroidissement du constructeur se veut performant tout en restant abordable avec un prix public conseillé de 50 euros TTC.



Ressemblant à s’y méprendre au Cooler Master V6 GT, le Vapor-X partage avec son homologue les deux ventilateurs 120 mm qui « prennent en sandwich » les ailettes du dissipateur. Les calodus de 7mm (au nombre de quatre), sont en cuivre avec une base nickelé à la finition qu’on espère sans irrégularités. Lourd, le Vapor-X l’est certainement puisqu’avec 925 grammes sur la balance, il n’a rien à envier aux dissipateurs massifs et fanless que l’on trouve actuellement sur le marché. Cerise sur le gâteau (et encore une fois comme le Cooler Master V6 GT), les ventilateurs sont amovibles et rien n’exclut l’utilisation de ventilateurs taillés pour la pression statique.

Les ventilateurs ensuite, au nombre de deux (captain obvious), ils ne sont pas PWM à proprement parler mais profitent d’un connecteur en « Y » 2 x 3pin vers 4pin. Une subtilité certes mais qu’il faudra garder en tête si vous souhaitez relier cette unité à un rhéobus par exemple. La vitesse de rotation annoncée est de 2200tpm au maximum et 495 tpm au minimum pour un niveau sonore maximum de 40 db en 12 Volts et un débit d’air de 77 CFM (là aussi données maximales en 12 V). La pression statique de chaque ventilateur est annoncée quant à elle à 2,6mm H²o.

Pour rappel, la technologie de la chambre à vapeur consiste à incorporer entre la surface à dissiper (le processeur) et le dissipateur (le dissipateur, merci encore mon capitaine) un étage intermédiaire contenant un liquide caloporteur qui s’évaporera lors de la chauffe. La chaleur accumulée sur la plaque intermédiaire est ensuite distribuée uniformément aux unités conductrices de chaleur (les caloducs) et l’excédent calorifique ventilé grâce aux ventilateurs idoines. Sur le principe (et pour résumer), le liquide lors de son changement de phase permet de transporter plus de chaleur qu’il ne le pourrait à son état liquide. Chaleur qui est ensuite transportée suffisamment rapidement vers la zone « froide » afin que l’ensemble de la structure contribue efficacement au refroidissement du processeur.

Un concept qui est loin d’être nouveau mais qui gagne de plus en plus de secteurs dans l’industrie informatique : Sapphire, NVIDIA mais aussi AMD et nombre d’OEM du secteur du refroidissement ont franchi le pas sans toutefois que cette technologie fasse autorité en matière de refroidissement.

Les bons vieux ventirad au format tour et pesant plus de un kilos ont encore de beaux jours devant eux.

Source: Source