Nvidia : nouvelles roadmaps pour les GPU et la série Tegra

Hardware

Par Jerome Durel le

Jen-Hsun Huang, le PDG d’Nvidia, a profité de la conférence d’ouverture de l’édition 2013 de sa GPU Technology Conference (GTC)  pour parler de l’avenir de ses plateformes mobiles et de ses processeurs graphiques. Comme prévu, l’actuelle architecture Kepler sera succédée par Maxwell à partir de 2014, avec un peu de retard puisqu’elle devait au départ […]

Jen-Hsun Huang, le PDG d’Nvidia, a profité de la conférence d’ouverture de l’édition 2013 de sa GPU Technology Conference (GTC)  pour parler de l’avenir de ses plateformes mobiles et de ses processeurs graphiques.

Comme prévu, l’actuelle architecture Kepler sera succédée par Maxwell à partir de 2014, avec un peu de retard puisqu’elle devait au départ voir le jour en 2013. La nouveauté de Maxwell est une mémoire virtuelle unifiée, c’est à dire que le CPU pourra lire celle du GPU et vice versa. Cela facilitera le travail des développeurs comme l’a dit le patron.

roadmap-gpu

La vraie surprise de la conférence tient dans l’annonce du successeur de Maxwell : Volta. Ces puces, prévues pour 2015, auront la particularité d’utiliser une “stacked DRAM” ou DRAM empilée en bon français. En pratique, la mémoire est gravée par couches au-dessus du processeur.

Ce procédé particulier à l’avantage de relier directement la mémoire avec le GPU. D’après NVidia la bande-passante atteindra la vitesse d’1 To/s. C’est un bond gigantesque, à titre de comparaison la GeForce Titan, dernier fleuron de la marque, atteint “seulement” 288 Go/s.

Vers Tegra 5 et au-delà

Le patron n’a pas non plus oublié les puces destinées aux mobiles. Après la Tegra 4 viendra Logan, nom de code de ce qui sera vraisemblablement la Tegra 5. La puce commencera à arriver en fin d’année mais ne sera produite en masse qu’en 2014, elle supportera la technologie CUDA, que l’on connaît déjà sur les carte graphique de la marque. Elle permet à la partie graphique de traiter des opérations normalement destinées au CPU.

Parker (Tegra 6, en suivant la logique) arrivera l’année suivante et sera la première puce mobile 64 bits. Elle reprendra les attributs de l’architecture Maxwell, avec une mémoire unifiée donc. La balle sera ensuite entre les main des développeur qui devront optimiser leurs OS pour le 64 bits, qui a aussi le défaut de nécessiter plus de RAM pour fonctionner convenablement.

roadmap-tegra