Quand un tweet fait perdre plus de 136,5 milliards

Chronique

Par Jerome le

À 19h07 (heure de Paris) hier  le compte Twitter de l’Associated Press (l’AFP américaine) publie « Urgent: Deux explosions à la Maison-Blanche, Obama est blessé ». La nouvelle s’est bien évidemment répandue comme une traînée poudre. Le compte est suivi par près de 2 millions de personnes et a donc été retweeté plusieurs milliers de fois.

Sauf que Barack Obama et la Maison-Blanche sont en pleine forme. Le Tweet était un faux. À 19h10 l’agence de presse poste un démenti sur le réseau social, précisant que le tweet ne présente pas la syntaxe habituelle de l’agence de presse. En réalité le compte a été piraté par l’Armée Syrienne électronique, soutenant Bachar el-Assad, c’est elle même qui l’a revendiqué quelques minutes plus tard… sur Twitter.

 

Le mal était fait, durant les quelques minutes de « flottement » le Dow Jones perd 143 points, retombant quasiment au niveau de l’ouverture après une matinée de hausse. Difficile de quantifier exactement les sommes perdues dans la panique. Toutefois, comme le note Le Figaro, sur le seul indice S&P 500 (basé sur les 500 plus grandes entreprises américaines) le faux message a entraîné une perte de 136,5 milliards de dollars. Joli score.

tweet-dow-jones
À 19h09 le cours du Dow Jones est au plus bas. Graphique : Boursorama

 

Source: Source