Prise en main : Samsung Galaxy NX

Alors que les constructeurs japonais en photo embrasse à peine depuis quelques années le WiFi, Samsung a décidé de frapper un grand coup avec le premier appareil photo numérique à objectifs interchangeables sous Android. La marque coréenne avait déjà commencé à amorcer cette arrivée l’année dernière avec le Samsung Galaxy Camera et récidive cette année avec non seulement ce Galaxy NX mais aussi le nouveau Galaxy S4 Zoom. A défaut donc de pouvoir rivaliser historiquement avec les constructeurs japonais sur le segment des COI (Compacts à Objectifs Interchangeables), c’est sur l’innovation et une certaines prise de risque que Samsung va peut-être trouver son chemin sur ce marché tant concurrentiel.

SAMSUNG CSC

Pour les caractéristiques techniques, je vous redirige vers l’annonce ICI.

Dans le monde de la photo, les constructeurs comme Canon, Nikon, Sony, Olympus, Panasonic ou encore Fujifilm ont pris des risques relativement contrôlés et ont évité de trop secouer les innovations. Du coup, en dehors des gros zooms sur les compacts ou les progrès au niveau des capteurs, les dernières vraies innovations se résument à l’arrivée du segment des hybrides ou COI et la généralisation du WiFi (moins du GPS). Samsung a l’avantage de ne pas avoir un trop gros historique dans le monde de la photo et innove beaucoup depuis un temps certain. On l’avait vu avec les compacts avec un petit écran sur la façade ou encore ceux avec un écran à 180°. La marque coréenne a ensuite généralisé le WiFi, tant au niveau des compacts que des hybrides comme la gamme NX (sur laquelle est basée le Galaxy NX). D’ailleurs, depuis deux ans, la baseline de Samsung est le “Smart & Share” avec non seulement l’utilisation d’applications liées (iOS et Android) mais aussi du WiFi Direct ainsi que du DNLA.

SAMSUNG CSC

Avec toute son expertise autour d’Android, c’était prévisible de voir Samsung tôt ou tard proposer un APN sous Android. C’est ce que le coréen a fait avec le Samsung Galaxy Camera l’année dernière. Et au lieu de proposer, comme Nikon, un compact avec Android, Samsung a décidé de reprendre un vrai smartphone avec un vrai compact à l’intérieur. C’est donc quand même sur une base de Galaxy S3 qu’est né le Galaxy Camera. Mise à part qu’il était trop gros, il a changé la donne, surtout chez les bloggers et autres aficionados des réseaux sociaux. Non seulement la qualité des photos est supérieure dans tous les sens par rapport à tous les smartphones grâce à un capteur rétro éclairé plus grand ainsi qu’une stabilisation optique, mais en plus, la présence d’un zoom optique change la donne pour les photos partagées à la volée. J’en suis le premier convaincu.

Très grand utilisateur des réseaux sociaux et plus particulièrement d’Instagram, il y a des photos que j’ai faites avec le Galaxy Camera qui aurait été juste impossible avec un smartphone (voir ICI, ICI, ICI ou encore ICI). Alors oui, ce sont des photos possibles avec un réflex ou un compact, mais pas avec un smartphone et quand on partage à la volée, ça permet d’avoir une créativité complètement différente. C’était fini l’époque du grand angle à tout va 😛

SAMSUNG CSC

Idem pour le WiFi, j’ai plus qu’approuvé l’arrivée de cette technologie de communication sans-fil dans la photo, mais elle n’apportait pas tout. Alors que ça simplifiait effectivement le partage via votre smartphone, ce n’était pas toujours super intuitif et rapide de faire le transfert vers un smartphone ou une tablette. La principale raison était l’autonomie des appareils puisqu’on devait, pour garder un semblant d’autonomie, désactiver/activer le WiFi dès qu’on voulait partager une photo et refaire le processus à chaque fois. Ce n’était pas automatique. Mais ce n’est pas tout, un des usages qui a changé avec les smartphones, c’était la géolocalisation. En effet, le fait d’avoir les informations GPS m’étaient peut-être inutile quand je regardais une photo sur mon ordinateur mais sur les réseaux sociaux, ça changeait complètement. J’adore savoir où était prise une photo et avec les smartphones, c’était super simple et limite activé par défaut. Avec le WiFi, si on partageait sur le coup, on avait l’info mais si on devait attendre, on perdait les infos puisque les applications iOS et Android, ne permettent pas encore une certaine synchronisation. Il y a bien les balises GPS mais c’est super galère de devoir décharger ses photos, synchroniser, puis partager après coup. Je vous rappelle qu’on vit dans une époque d’instantanéité.

SAMSUNG CSC

Bref, avec le Galaxy Camera, tout était réglé. Vous imaginez déjà la petite différence de qualité des photos avec un APN compact par rapport à un smartphone alors imaginez la différence de qualité d’un capteur APS-C par rapport à un smartphone avec en plus tous les avantages énoncés ci-dessus comme le WiFi, le GPS ! C’est ce que propose le Galaxy NX (on y arrive :P). Eh mon dieu, que l’idée est séduisante !

SAMSUNG CSC

Il y a quand même des mais, beaucoup même ! On commence par le design déjà. Alors que les rumeurs laissaient penser à une base de NX20, on se retrouve avec un boîtier encore plus gros qu’un réflex d’entrée de gamme comme le Canon EOS 700D. Si je fais la comparaison avec un réflex, c’est bien parce que le Galaxy NX est avant tout un hybride compatible avec la gamme NX déjà existante chez Samsung et ne propose pas de visée optique mais électronique. Ensuite, vient la question de l’ergonomie, même si on peut tout faire avec un écran tactile (4,8″ toute de même), quand il s’agit de réflex ou hybride, j’aime encore avoir certains raccourcis avec des boutons, ce que je n’ai pas retrouvé avec le Galaxy NX. Samsung a bien évidemment essayé de travaillé l’ergonomie tactile en reprenant déjà ce qu’on connaissait avec le Galaxy Camera mais ce n’est peut-être pas suffisant AMHA. A côté, rien à dire, la poignée géante permet une excellente prise en main, mais c’est juste un peu trop. Qu’est-ce que j’aurais aimé le form-factor du NX300 !

SAMSUNG CSC

Pour la finition, rien à redire, tout m’a l’air plutôt solide et surtout bien fini. La poignée est un peu grosse et j’aime bien au final le fait qu’il y ait si peu de bouton. C’est un peu contradictoire par rapport à ce que j’ai dit au dessus mais design et ergonomie ne se mélange pas forcément quand on parle de photo 😛
Même si l’écran est plutôt bon et fluide, il m’a semblé que celui du NX300 restait meilleur pour les contrastes, sans compter en plus le fait qu’il soit inclinable. La visée se fait aussi bien via l’écran tactile géant que le viseur électronique (fluide au passage, même en faible luminosité). Comme je vous le disais plus haut, les réglages se font maintenant avec l’écran tactile et c’est sans doute un des plus grands changements ergonomiques que j’ai eu à voir ces dernières années dans la photo. Cela m’a un peu fait penser aux Sony NEX. L’Autofocus s’est avéré plutôt rapide puisqu’il est hybride (détection de phase et de contraste) même s’il m’a semblé un peu en retrait par rapport à ses concurrents sur le même segment. On reste quand même à des années lumières des compacts et smartphones.

SAMSUNG CSC


Pour conclure, j’avoue quand même avoir été bluffé par ce Galaxy NX, il y a encore des choses à parfaire mais en attendant, il va secouer pas mal le monde de la photo et risque de forcer les japonais à enfin se bouger ! Déjà convaincu par le Galaxy Camera, le Galaxy NX pousse le concept plus loin et ma foi, c’est un peu ce que j’attendais. Avec des objectifs pancake, ça risque de le faire sérieusement. J’utilise pour test depuis un petit mois le NX300 et j’ai déjà été agréablement surpris de son interfaçage avec un smartphone Android. Là, on a tout en un et ce n’est plus mal. Attention, le Galaxy Camera reste un APN et vous aurez toujours avec vous un smartphone, mais vous n’aurez plus besoin de passer par ce dernier pour partager vos photos d’une toute autre qualité. J’avoue, je suis impatient de le tester en vrai.