Le Fisc français demande 36,3 millions d’euros à Numericable

Business

Par Jerome Durel le

Selon les informations de l’Express, Numericable fait l’objet d’un redressement fiscal, à hauteur de 36,3 millions d’euros.

num

La somme « représente la TVA impayée par le câbloopérateur entre 2006 et 2010 ainsi que des charges de prestations de services contestées » indique l’hebdomadaire. Le Fisc accuse en effet la société de ne pas s’être acquittée de la TVA pour la fourniture de service multiplay durant cette période.

La semaine dernière, alors que l’accord de négociations exclusives n’avait pas encore été signé entre Vivendi et Numericable, Arnaud Montebourg avait menacé la firme d’un contrôle fiscal. Ce n’est toutefois apparemment pas directement le fait du ministre du Redressement productif.

Le redressement fiscal était connu depuis longtemps pour la société qui le mentionnait dans son document d’introduction en bourse daté du 1er janvier 2014. La somme est toutefois plus élevée que prévu, la société n’a provisionné « que » 25,1 millions pour le paiement.

De là à dire que le gouvernement a tiré le montant vers le haut, il n’y a qu’un pas que nous ne franchirons pas. Quoi qu’il en soit, avec 65 millions d’euros de bénéfice en 2013, l’amende n’est pas négligeable pour Numericable.