Top 5 des prénoms WTF empruntés à la communauté geek

JDG Network

Par Elodie le

L’un des choix particulièrement tortueux qui survient en apprenant que l’on va être parents est le choix du prénom que l’on va offrir à son chérubin. Cadeau qui peut se révéler empoisonné en fonction de l’imagination débordante des futurs parents. Sachant que ce prénom, une fois donné, ne peut être ni repris ni échangé, il vaut mieux pour la progéniture que le choix n’ait pas été fait sous acide.

prénom_bébé_insolite_internet_geek

Néanmoins, l’actualité nous prouve – malheureusement – que parfois, même sans acide, certaines personnes font preuve, au mieux d’une originalité coupable, au pire d’une inconscience désespérante. Non, jeunes gens Belges, appeler sa fille Lara quand on se nomme Clette, n’est pas des plus judicieux (ils ont eu du mal à s’y résoudre). Les passions de chacun ou l’air du temps entrant souvent en ligne de compte, les résultats sont donc… particuliers.

Nous vous proposons un TOP 5 des prénoms les plus WTF empruntés à la communauté Geek.

5- Les prénoms de fans en tout genre

Aéris (héroïne de Final Fantasy), Théon, Khaleesi et Arya (Game of Thrones), Jedi (Star Wars) ou encore Tron (du film éponyme). D’autres portent encore les stigmates d’un Brenda ou d’un Dylan.

prenom_serie
Aéris, Khaleesi, Théon

4- Non, Internet n’est pas ton ami

Google et Facebook vous remercient.

3- On connait déjà le programme que ses parents lui feront regarder et ce ne sera pas Disney Channel

Ainsi, Espn (à prononcer Espen), passera certainement ses journées scotché(e) devant la chaîne sportive américaine du même nom.

2- Qui a dit que Windows était old School ?

Excel n’est pas qu’un tableur compliqué, c’est désormais un prénom sophistiqué.

1-Piou piou

Un trend topic à elle toute seule. Welcome Hashtag. #cestlavie

hashtag-baby-name

Et sinon, il y a ceux qui, déjà épuisé à l’idée de s’échiner pendant des mois à trouver un consensus autour d’un prénom, préfèrent s’en remettre aux autres, enfin surtout à Internet. Ainsi, le 12 janvier, cette bonne âme a posté le message suivant sur le site communautaire Reddit : « je suis un fou qui essaie de faire en sorte qu’Internet nomme ma fille… Oui, ma femme est au courant. »

Lui, en revanche, a (peut-être) échappé au pire (pour le moment) : Ce père, journaliste d’origine irakienne installé en Bavière, voulait appeler son fils Wikileaks. Souhait qui lui a été refusé par le greffier de sa commune.

Source: Source