Vous êtes en majorité des Geeks Experts

Sur le web

Par Gregori Pujol le

Suite à l’étude menée par Crucial.fr, l’Institut d’études Opinion Way et le JDG, un sondage nommé « Quel Geek êtes-vous ? » avait été mis en place, voici les résultats principaux.

Parmi les 58 896 visiteurs uniques (119 546 pages vues) qui sont venus sur le site dédié, il ressort que 11 128 sont des Geeks Experts ! Une belle majorité donc et tant mieux puisque nous sommes tout de même sur le Journal du Geek. 172 se sentent tout de même totalement dépassés, voire « anti-geek », alors que 284 sont prudents et 257 pragmatiques. Outre l’Expert, le Geek Social est bien présent également avec 8 524 d’entre vous.

Ce profil Geek Expert regroupe utilisateurs quotidiens des nouvelles technologies qui, sans être des experts en la matière, utilisent ces outils aussi bien dans leur vie professionnelle que personnelle. Ils en ont également un usage utile par le biais de forums ou blogs pour répondre aux questions du quotidien, débattre et échanger avec d’autres internautes. Pour ces personnes, les nouvelles technologies sont partie intégrante de leur vie, même s’ils n’en ont pas toujours conscience et ils peuvent les solliciter à tout moment et pour diverses raisons.
On a tendance à penser que les nouvelles technologies coupent des relations sociales et pourtant une grande partie de leur utilisation et à vocation sociale et crée du lien via des sites de rencontres, échanges sur des blogs et forums, diversité des réseaux sociaux à usage personnel ou professionnel (facebook, instagram, twitter, linkedIn, etc…).

En ce qui concerne les profils « prudent », « pragmatique » et « anti-geek » ? On peut en déduire qu’ils ont besoin de se perfectionner : ils ont par exemple peu d’assurance dans l’utilisation des nouvelles technologies. Mais cela montre aussi une lassitude face aux changements perpétuels : tout va trop vite, il est compliqué de suivre l’évolution des différents produits et outils. AInsi qu’une inquiétude face à la fiabilité des ressources : achat en ligne, fiabilité des informations, etc. Enfin, pour eux, le budget de dépenses pour les nouvelles technologies est jugé secondaire : en temps de crise, il y a d’autres besoins priment !

expert