Titanfall : « Je ne sais pas s’il est rentable. Je m’en fous » indique le producteur

Par Henri le

Aux premiers abords, Titanfall a tout du best-seller taillé pour des ventes pharaoniques. Mais visiblement, le producteur du jeu s’en moque.

titanfall-review-wide-620x349

Tout marche à merveille pour Titanfall, qui a réussi à booster les ventes de la Xbox One à lui tout seul, et qui se vend très bien sur Xbox 360 et PC. Mais Drew McCoy, le producteur du jeu, n’en a que faire. Pour lui, l’important, c’est de s’amuser.

Je ne sais pas si Titanfall est rentable, s’il remplit ses objectifs de ventes, mais je m’en fous. Je me soucie d’avoir travaillé sur un jeu avec lequel je prends du plaisir à m’asseoir et à jouer. Le fait que les gens l’apprécient et qu’ils nous permettent de continuer à le soutenir, c’est déjà un succès pour moi. Nous faisons des jeux parce que nous les aimons et que nous voulons que les gens viennent jouer avec nous.

Drew McCoy
Drew McCoy

Des propos étonnants, qui font doucement rire, quand on voit le nombre de franchises avortées par manque de rentabilité. Mais McCoy peut se le permettre, d’autant plus que la suite est déjà prévue. On a d’ailleurs récemment appris que le jeu aurait pu voir le jour chez Sony, notamment sur PS Vita avant que Microsoft n’obtienne l’exclusivité. Autant dire que les chiffres de ventes sur la portable auraient été bien inférieurs (sans la PS4, évidemment). Et son discours aussi.

Mais qu’à cela ne tienne ! Selon lui, Titantall a réussi à montrer qu’une formule différente pouvait fonctionner dans le monde du FPS.

J’espère, en tant que joueur et personne désirant voir l’industrie évoluer, et proposer des choses plus cool, que Titanfall a prouvé qu’il était possible d’essayer et de ne pas seulement copier ce qui fonctionne.

Un peu facile, non ?

stopwatch 4 min.