Sony : « La débâcle de Microsoft à l’E3 2013 nous a fait réécrire notre présentation de la PS4 »

Par Henri le

L’E3 2013 fut un moment fort pour Sony et sa Playstation 4. La firme nippone a su tirer parti des erreurs de communication de Microsoft. Alors...

L’E3 2013 fut un moment fort pour Sony et sa Playstation 4. La firme nippone a su tirer parti des erreurs de communication de Microsoft.

Leading Video Game Companies Hold News Conferences To Open E3

Alors qu’il s’exprimait à la Game Developper Conference, Andrew House, patron de Sony Computer Entertainment s’est épanché sur la conférence de présentation de la PS4, à l’E3 2013. Il a déclaré que le script de Sony avait été retravaillé, après avoir vu la réaction des joueurs face aux annonces indiquant que Microsoft voulait fortement limiter le marché de l’occasion. De nombreux journaux avaient alors indiqué que Sony finirait par suivre le même chemin.

Ça nous a clarifié les idées concernant le message qu’on voulait faire passer. On a vu des avis extrêmement négatifs concernant les DRM et la revente de jeux. Je me rappelle avoir lu un article paru une semaine avant l’E3, qui assurait que Sony adopterait les mêmes positions que Microsoft. […] J’ai alors compris qu’on allait avoir à s’en défendre, et j’ai décidé de réécrire une partie de ma présentation pour l’E3. On a également modifié notre présentation, car on devait montrer que l’on ne prenait pas le même chemin.

_1370919965

House se défend en revanche d’avoir changé la politique de Sony entourant la PS4. Mais la réaction des joueurs a permis à la firme de mieux organiser sa réponse et de frapper plus fort lors de la présentation.

Cette histoire nous a permis de déclarer : « Nous apprécions le statu quo, et les consommateurs aiment avoir le choix. Ce n’était pas un changement de stratégie, mais on a senti le besoin de communiquer sur l’avantage qu’on avait pris. »

Un coup marketing, qui a permis à Sony de raviver son image, en appuyant simplement où cela faisait mal… chez le concurrent. Jack Tretton, CEO de Sony Computer Entertainment America, a fait le reste.

Buisness is Buisness !

stopwatch 8 min.