Taxe sur Internet abandonnée en Hongrie (ou presque)

culture geek

Par Elodie le

Son annonce il y a une semaine avait déclenché un vaste mouvement de protestation ayant conduit 10 000 personnes dans les rues de Budapest, le gouvernement vient de renoncer à instaurer cette taxe sur Internet… sous sa forme actuelle.

internet_tax_protest
Crédits : Reuters/Laszlo BALOGH

10 000 manifestants et les réactions indignées de diverses personnalités, publiques et anonymes, dont la commissaire européenne au Numérique, Neelie Kroes (remplacée par Günther Oettinger), auront eu raison de la taxe Internet.

Celle-ci prévoyait la taxation des FAI pour chaque Go de trafic de données. D’un montant de 150 forints (0.5 cents d’euros) par Go de données consommées, elle devait être appliquée dès 2015 et rapporter 650 millions d’euros à l’État, pour 1,3 milliard de gigaoctets de trafic en 2013. Le plan prévu par le gouvernement tablait sur 80 millions de dollars (un peu moins de 64 millions d’euros) de recettes par an.
Face à la contestation, le parti du Premier ministre Viktor Orban, le Fidesz, avait réagi en annonçant le dépôt d’un amendement fixant le plafond de la taxe à 700 forints (2.26€) par mois. Las, le Premier ministre vient de déclarer que suite à la contestation la taxe « ne peut être introduite sous sa forme actuelle », précisant qu’il s’agissait d’une « taxe sur les télécommunications » mais perçue comme une « taxe Internet », regrettant ainsi que « le débat [ait] été perverti ».

« Nous ne sommes pas des communistes, nous ne voulons pas aller contre les intérêts du peuple », a-t-il encore ajouté.

Ce qui ne veut pas dire que toute taxe est oubliée pour autant. Viktor Orban souhaite étendre cette taxe qui s’applique pour le moment aux communications téléphoniques, notamment pour compenser les changements d’habitude faisant préférer Internet au téléphone pour communiquer avec autrui.
Le gouvernement propose une « consultation nationale » qui débutera en janvier et ce pour « un long moment » afin de trouver une solution qui satisfasse le plus grand monde.

En lieu et place d’une nouvelle manifestation de contestation, les opposants à la taxe ont annoncé une manifestation « de célébration » ce vendredi.

Source: Source