[Polémique] Barbie, cette « noob » en informatique

culture geek

Par Elodie le

C’est la petite polémique de la semaine qui a agité les réseaux sociaux et poussé Mattel à la contrition. En cause, un livre pour enfants dans lequel Barbie doit réaliser un jeu vidéo et fait preuve d’une méconnaissance abyssale pour tout ce qui touche à l’informatique.

capture d'écran
capture d’écran

♪♫ I’m a barbie girl, in a barbie wooorld ♪♫ et dans le monde de Barbie, elle ne sait pas coder. Elle ne sait pas faire grand-chose d’ailleurs. Une noob Barbie ? Encore une polémique pour la célèbre blonde (ses mensurations surréalistes, ses tenues, les métiers qu’elle exerçait autrefois, le peu de représentativité des minorités, etc.) qui fait quelque peu écho au #gamegate et ses relents sexistes.

L’objet du délit dans cette affaire est un livre pour enfant, Barbie : I can be… A computer Engineer (Barbie : je peux être une ingénieure informatique) accompagnant la sortie d’une poupée Barbie sur le même thème. Ce petit livre sert généralement à planter le décor et montrer Barbie dans l’environnement thématique choisi, comme nous le rappelle Libération.

Publié initialement en 2010, le livre a depuis fait son retour sur la toile à la faveur de Gizmodo ou le DailyDot qui l’ont repéré. Dans ce livre découverte – pour les enfants comme pour Barbie donc – la poupée plastique doit réaliser un jeu vidéo, sauf qu’elle n’y comprend rien. Elle préfère s’occuper du design et laisser le code aux garçons. Ses deux amis – garçon cela s’entend – Brian et Stephen viennent alors à sa rescousse car il faut l’avouer, Barbie est la fille spirituelle de Pierre Richard : en envoyant des mails depuis l’ordinateur de sa sœur, Barbie infecte son ordinateur avec un virus informatique et appellera l’un de ses amis pour résoudre le problème, de plus elle n’est pas fichue de se servir d’un disque dur. Enfin, une fois qu’ils auront réalisé la grande majorité du travail, Barbie s’en attribuera les mérites auprès de son professeur. Classe.

A gauche l'original, à droite la réécriture par Casey
A gauche l’original, à droite la réécriture par Casey Fiesler

À chaque polémique, ses détournements, et Barbie n’a pas échappé aux siens. Ainsi, sur Twitter l’hashtag #FeministHackerBarbie compile plusieurs détournements plus ou moins réussis, tout comme The Verge. Casey Fiesler, une étudiante en doctorat informatique à Georgia Tech a, elle, repris les images du livre et en a réécrit les dialogues, Barbie passant ainsi de l’ingénue gauche à la pro du codage.

Face à la polémique, Mattel a présenté ses excuses sur la page Facebook officielle de Barbie :

« Le portrait de Barbie dans cette histoire-là ne reflète pas la vision de la marque concernant les valeurs de Barbie. Nous pensons qu’il faut donner aux filles les moyens de comprendre que tout est possible et qu’elles vivent dans un monde sans limites. Nous nous excusons pour ce livre qui ne reflétait pas cette croyance […] Toutes les histoires de Barbie à venir seront écrites pour inspirer l’imagination des jeunes filles et mettront en scène des Barbies autonomes. »

Fin du game.