Les remboursements des jeux Steam explosent de manière inquiétante

Par Corentin le

Satisfait et rembourse1

La semaine dernière, Valve a systématisé son système de remboursement. Un jeu acheté dans les 15 jours auquel vous avez joué moins de 2 heures ne vous satisfait pas ? Bim, remboursé. Et si cela avait provoqué quelques inquiétudes, notamment de la part des petits développeurs, il semblerait que les chiffres aillent dans leur sens.

Les développeurs du sympathique tower defense Revenge of the Titans ont déploré dans un tweet (protégé… oui moi non plus je ne vois pas l’intérêt de dénoncer un truc pareil dans un tweet protégé) que depuis le lancement de cette politique, le titre à lui seul souffre d’un taux de remboursement de 55 % quand le nombre total de remboursements concernant l’intégralité de leur catalogue sur les 10 dernières années s’élevaient à… 5. Ça interpelle.

Quant au studio Qwiboo, développeur du plateformer Beyond Gravity, il déplore 13 remboursements sur les 18 ventes effectuées depuis 3 jours. Matt Gambell, qui travaille sur RPG Tycoon, déplore de son côté une vingtaine de remboursements sur la soixantaine de jeux vendus depuis le début du mois de juin.

Mais finalement, ce sont moins les chiffres de remboursements que le manque d’information de la part de Valve qui froisse les développeurs comme l’indique Matt Gambell. Tout ce qu’il savent, c’est que les remboursements ont lieu le plus souvent quasi instantanément après l’achat.

« Il n’y a aucun moyen de savoir POURQUOI les utilisateurs ont demandé un remboursement. Il n’y a aucune communication avec le développeur. Je me pose tellement de questions… Ont-ils eu des problèmes techniques ? Est-ce qu’il s’agissait de quelque chose qui aurait pu être résolu en discutant avec moi ? »

Certains développeurs qui proposaient une version sans DRM de leurs jeux – et qui fournissait une version simplement téléchargeable en plus de la version Steam – commencent également à considérer d’abandonner une telle politique. Ils craignent que les gens achètent leurs jeux, téléchargent la version sans DRM puis se fassent rembourser leur version Steam. C’est le cas de Cliff Harris, notamment développeur de Gratuitous Space Battle et Democracy, qui explique qu’avec un taux de remboursement passant de 0,09 % à 17 % en quelques jours, il devenait difficile de laisser ses jeux sans DRM.

Ajoutez à cela que certains développeurs se rendent compte que Valve permet dans certains cas le remboursement de jeux achetés il y a des mois et joués plus de 2 heures, et vous comprendrez que ce système, s’il est fondé dans son principe, mérite encore d’être largement ajusté.

Les développeurs devraient avoir le droit de connaître les raisons qui ont poussé les consommateurs au remboursement. De plus, ce plafond de 2 heures de jeu, s’il est peut-être justifié pour certains jeux triple A, l’est beaucoup moins pour certains jeux dont la durée de vie est bien plus courte. L’une des solutions proposées çà et là serait d’abaisser ce plafond à 1 heure pour les jeux coûtant moins de 30 euros, par exemple.

La balle est dans le camp de Valve à présent.

> Via Kotaku et PCGamesN