Entre moqueries et oublis, Alphabet peine sur la toile

culture geek

Par Elodie le

Lancée à la surprise générale, Alphabet, la holding de Google, essuie depuis quelques déboires sur le web. Nom de domaine, compte officiel, railleries, le bizutage tourne à plein régime.

alphabet_peine_toile

Lundi 10 aout États-Unis. Fermeture de la bourse de Wall Street, 23 h heure de Paris. Déflagration. Larry Page, le PDG et fondateur de Google fait une annonce qui prend tout le monde de court, la restructuration de Google Inc. : G is for Google. Pour le reste, il faudra désormais compter sur Alphabet.

« Alphabet est une collection de sociétés. La plus grande d’entre-elles est, évidemment, Google », précise-t-il sur le nouveau site de la firme.

Très vite, les commentaires pleuvent sur les réseaux sociaux, Twitter en tête. Tout comme les moqueries, venues aussi bien des anonymes que des acteurs du secteur.

Commençons par les anonymes, qui ont vite détourné le nouveau logo ou la phrase d’accroche d’Alphabet :

Du côté de la Silicon Valley, comme le rapporte Le Monde, Daring Fireball note : « La logique de voir une filiale d’une filiale fusionnée ‘avec et dans’ l’entreprise mère, laissant la première filiale comme nouvelle maison mère, me rappelle les accords que je passais, enfant, quand je jouais au Monopoly ».

Ou encore le PDG de Box, Aaron Levie qui pointe non sans humour :

« Google est concentré. Sur tout. »

Poursuivant : « Tu as vraiment réussi ta vie quand Google n’est qu’un vingt-sixième des entreprises que tu possèdes. »

You’ve reallymade itin life whenGoogle isjust1/26th of the total companiesyouown.

— Aaron Levie(@levie) 10 Août 2015

Microsoft, semble-t-il, est également entré dans la danse de manière détournée. En reprenant l’expression la plus utilisée à l’annonce de Larry Page, « WTF » pour, vous l’aurez compris, What the fuck. Ainsi, reprenant la nouvelle adresse d’Alphabet, abc.xyz pour mieux la détourner, abc.wtf et abc.fail (pour « échec ») renvoient vers le moteur de recherche Bing, propriété de Microsoft.
Si la firme n’a pas communiqué là-dessus, le site américain BRG qui a repéré ces adresses parodiques précise que les deux adresses IP pointent vers le siège de Microsoft, à Redmond, dans l’État de Washington.

Mais ça ne s’arrête pas là.

Comme précédemment pour Google, www.abc.xyz est déjà bloqué en Chine. L’accès en est rendu impossible pour les internautes chinois. L’appareil de blocage et de censure d’Internet au sein de l’Empire du Milieu, intitulé « le grand pare-feu », fonctionne donc toujours à merveille.

Autres déboires concernant les noms de domaine et autres comptes officiels :

– Alphabet.com est détenu par BMW, qui va entamer des vérifications quant à l’atteinte éventuelle de ses droits avec Alphabet de Google puisque le nom est déposé par le constructeur allemand. D’autant que BMW précise que Google ne l’a pas contacté pour lui demander son accord préalable pour le nom de sa maison-mère. Alphabet est le nom de sa filiale, spécialisée dans l’autopartage et les locations longue durée pour les particuliers et les sociétés. Oubli ou volonté de contrer un futur concurrent dans le secteur de l’automobile ?

– Impossible également de déposer abc.com, puisque c’est l’adresse de la chaine de télévision américaine ABC qui redirige pourtant à une autre adresse : abc.go.com.

– Les responsables d’Alphabet vont également devoir faire preuve d’imagination sur Twitter, puisqu’un certain Chris Andrikanich est le détenteur du compte Twitter Alphabet. Et comme il le suggère malicieusement après avoir bénéficié d’une exposition médiatique sans précédent : « Et bien, c’était une façon intéressante de clore un lundi ».

Andrikanich espère peut-être avoir flairé l’opportunité à plusieurs 0.