Les ventes d’objets connectés continuent de progresser malgré les craintes liées à la sécurité ou à la confidentialité

Sur le web

Par Gregori Pujol le

Le rapport publié par F-Secure montre que 23 % des personnes interrogées ont acheté une télévision connectée au cours des 12 derniers mois. Le nombre d’utilisateurs ayant fait l’acquisition d’un ordinateur oscille également autour des 23 %. L’étude réalisée auprès de 8 800 consommateurs souligne l’adoption lente mais progressive de l’Internet des Objets. Cependant, elle met également en lumière les craintes des utilisateurs concernant la sécurité et la confidentialité de leurs données.

D’autres types de produits comme les vêtements et les dispositifs connectés sont également en voie d’être adoptés par le grand public. En revanche, 70 % des répondants ont fait part de leurs inquiétudes quant à la vulnérabilité de ces objets face au piratage, et 69 % craignent d’être suivis par des tiers par le biais de leurs appareils.

Mika Stahlberg, Director of Strategic Threat Research chez F-Secure, rappelle que les routeurs domestiques ont fait l’objet de plus en plus d’attaques ces dernières années : les cybercriminels exploitent désormais les dispositifs non sécurisés à des fins lucratives.

« L’Internet des Objets est en passe de devenir une cible de choix. En effet, qui penserait à protéger sa montre connectée ? Les attaques sur les routeurs sont un bon exemple car elles fonctionnent de la même manière : les cybercriminels utilisent ces routeurs pour surveiller et tirer profit du trafic Internet. Certains groupes comme Lizard Squad les exploitent pour créer et vendre des services de type botnet. »

Si l’on compare cette étude à un rapport similaire réalisé par F-Secure l’année dernière, il apparaît que l’adoption de l’Internet des Objets continue de progresser malgré les craintes des utilisateurs en matière de sécurité et de confidentialité. Les ventes augmentent et les catégories d’appareils disponibles se multiplient, ce qui confirme les prédictions des entreprises spécialisées dans les études de marché : le secteur connaît en ce moment une croissance stable.

Voici quelques exemples de produits connectés en vogue :

– Les ventes d’appareils de fitness/santé permettant de suivre l’activité physiologique ont augmenté de 5 %.
– Les dispositifs connectés de surveillance domestique ont enregistré une progression de 4 % (contre 1 % en 2014).
– L’adoption d’appareils de streaming TV a progressé de 6 % (contre 4 % en 2014).

M. Stahlberg, indique également que tous ces types d’objets relativement nouveaux sont conçus par des entreprises non spécialisées dans la fabrication de produits informatiques. Avec l’arrivée de ces appareils sur les réseaux, les vulnérabilités liées à la sécurité et à la confidentialité des données risquent donc de croître.

« Les fabricants mettent l’accent sur la facilité d’utilisation et accélèrent la production autant que possible : le consommateur est donc confronté à une large gamme de produits offrant des fonctionnalités limitées… mais présentant un grand nombre de vulnérabilités. Les problèmes de sécurité liés à ces appareils sont relativement similaires à ceux des produits IT traditionnels, mais le développement des réseaux en vue de leur adoption multiplie les risques à grande échelle. Pour les utilisateurs comme pour les fabricants, il est grand temps de réfléchir à des méthodes qui permettront de gérer ces réseaux avant que la situation ne dégénère. »