L’automatisation pourrait remplacer 5 millions de travailleurs d’ici 2020

Business

Par Henri le

La robotisation du travail n’est pas une chose nouvelle, mais elle pourrait encore menacer de nombreux emplois dans les années à venir.

robotisation

Les robots remplacent les employés dans les usines depuis des décennies, mais d’autres secteurs vont être sérieusement touchés dans les années à venir. Les recherches exposées au Forum Economique Mondial indiquent en effet que cinq millions d’emplois seront perdus face à l’automatisation d’ici 2020. Et cette fois-ci, ce sont les employés de bureau qui devraient être particulièrement touchés.

Pour arriver à de tels chiffres, l’étude s’est focalisée sur 15 pays qui représentent 1,9 milliards de travailleurs, c’est à dire 65% des effectifs mondiaux. On y retrouve par exemple la Chine, la France, l’Allemagne, le Japon, le Mexique, la Grande-Bretagne ou encore les Etats-Unis. Des pays qui seront apparemment fortement touchés par la révolution technologique qu’ils initient eux-mêmes. Les femmes seront d’ailleurs légèrement plus touchées que les hommes (52% contre 48%).

635570967787271382-afp-536754239

Ce serait plus de 7,1 millions d’emplois au total qui pourraient être affectés par la désintermédiation provoquée par nos propres avancées. Heureusement 2,1 millions d’emplois devraient voir le jour dans le secteur de l’informatique et de l’ingénierie. Klaus Schwab, le fondateur et organisateur du Forum de Davos s’est d’ailleurs inquiété de cette transition brutale.

« Selon ces calculs, les tendances actuelles pourraient mener à un impact net sur l’emploi de plus de 5,1 millions de postes en raison de changements perturbateurs sur le marché du travail sur la période 2015-2020, avec une perte totale de 7,1 millions d’emplois – dont les deux tiers sont concentrés dans le secteur des emplois de bureau et de l’administration – et un gain total de 2 millions d’emplois, dans plusieurs secteurs d’emplois plus réduits”

Crédits : AFP PHOTO/ GERARD JULIEN
Crédits : AFP PHOTO/ GERARD JULIEN

Les grands perdants pourraient se trouver dans les domaines de l’énergie, du service financier mais aussi hélas dans la santé.

« Sans une réponse rapide et ciblée pour gérer la transition à très court terme et construire des forces de travail qualifiées, les gouvernement seront confrontés à un chômage grandissant et à des inégalités croissantes, alors que les entreprises verront leurs marchés de consommation se contracter »

Un constat plutôt alarmant.