Facebook ne veut pas de marijuana sur son site

Sur le web

Par Zacharia G le

Utiliser la marijuana à des fins médicales est une pratique légale dans 23 États aux États-Unis. Bien évidemment, les fournisseurs officiels ont chacun une page Facebook pour promouvoir les bienfaits de leurs traitements. Mais il faut croire que Facebook n’apprécie pas spécialement puisque ces pages ont toutes été supprimées.

marijuana-sachet-medical

Sans en parler officiellement et refusant de répondre aux questions des “victimes” à ce sujet, Facebook ne laisse que des pages d’erreur aux dispensaires de marijuana. La seule explication qui leur est laissée est celle-ci :

Nous retirons toute promotion d’usage de drogue. Votre page est actuellement invisible sur Facebook. Il semble que votre page ne respecte pas les standards et les termes communautaires Facebook.

Les fournisseurs légaux indignés protestent. Peter Renfeld qui est quant à lui un patient, déclare :

Il semble cavalier de simplement mettre hors de portée des ressources médicales importantes pour les patients malades sans même dire pourquoi ou donner un moyen aux organisations de leur demander (à Facebook) de reconsidérer leur action. Quelle meilleure utilisation d’un réseau social que d’avoir des sites où des parents d’enfants malades peuvent poser des questions sur les médicaments et les traitements ?

Le site engadget a demandé plus de précisions à Facebook, et un porte parole de la compagnie leur a répondu que ces pages supprimées ne respectent pas leurs standards. Or, il s’avère que ces standards ne condamnent que les ventes illégales, alors que les pages incriminées ne concernent qu’un commerce légal de marijuana. Le hic se situerait au niveau de la loi fédérale : ces drogues ne sont autorisées que dans quelques États, et non dans la loi globale du pays.

chi-illinois-medical-marijuana-photo

Bien sûr, chaque dispensaire dont la page a été supprimée dispose de son propre site. Toutefois, Facebook offre des moyens non négligeables de mieux se faire connaître. Il semble en tous cas que la médecine par marijuana doive pour l’instant trouver un autre moyen de toucher un public plus large.

Source: Source