L’acteur James Woods tout proche de démasquer son Némésis de Twitter

Sur le web

Par Elodie le

L’acteur James woods s’est lancé dans une bataille judiciaire pour diffamation à l’encontre d’un utilisateur de Twitter qui l’avait qualifié de « cocaïnomane » sur le réseau social. Il souhaite lever son anonymat et lui réclame 10 millions de dollars.

james-woods-némésis-twitter

Abe List. C’est le némésis de James Woods sur le réseau social Twitter. Celui qui a eu l’outrecuidance de traiter l’acteur d’Il était une fois en Amérique de « cocaine addict » sur la plateforme.

En juillet dernier, Abe List tweetait, « Le cocaïnomane James Woods est toujours à sniffer et pérorer ». Dans un autre tweet, il écrivait : « tu es une racaille, un clown ridicule, une blague. »

Des insultes et des propos comme il y en a malheureusement beaucoup sur Twiiter. Certains décident de laisser couler, d’autres préfèrent quitter Twitter, et d’autres se nomment James Woods.

Même si Woods n’est pas connu pour être un poète faisant preuve d’un lyrisme bouleversant dans ses tweets, notamment à l’égard de Barack Obama ou Caitlin Jenner, cette insulte lui est restée en travers de la gorge et il a porté plainte.

Beaucoup pensaient que sa plainte passerait à l’as mais The Hollywood Reporter rapporte que le juge du tribunal supérieur de Los Angeles, Mel Recanan en a décidé autrement. Il a rejeté le requête de défendeur pour rejeter la plainte et permet donc à l’acteur de poursuivre la procédure

Ce qui laisse suggérer que l’identité de l’utilisateur sera révélée à un moment donné du procès.

Pour Twitter, cette demande est injustifiée, car l’insulte de « cocaïnomane » était une opinion et une hyperbole politique (Woods étant un conservateur chevronné). « La cible des propos est une personnalité publique qui se jette volontairement dans des controverses publiques, et il n’y a pas eu de preuve d’intention malveillante véritable », a estimé le conseiller juridique de Twitter dans une lettre datée d’août dernier.

Pour l’avocat du plaignant, beaucoup d’utilisateurs de Twitter prennent tout ce qu’ils lisent sur le réseau pour argent comptant.

Pour Twitter, la décision du juge est un mauvais signal et porterait atteinte « au premier amendement des personnes qui utilisent la plateforme Twitter pour exprimer leurs pensées et idées instantanément et publiquement, sans barrières ».

Et le réseau social de rappeler les propos outrageux publiés par le plaignant, notamment à l’encontre du candidat à la présidentielle Bernie Sanders qu’il a qualifié « d’épouvantail communiste ». Une de ses paroles les plus tendres.

Mais pour Woods, ce n’est pas tant le propos que l’anonymat qui l’hérisse : « la cruauté d’avoir sa réputation souillée par un lâche anonyme est atroce », a-t-il expliqué après la décision de la juge. « Utilisateurs de Twitter prenez garde : vous n’êtes pas au-dessus des lois ! ».

L’avocate du twittos anonyme a annoncé sa volonté de se battre jusqu’au bout.

Source: Source