Tony Fadell : un dictateur à la tête de Nest ?

Business

Par Olivier le

L’ambiance n’est pas au beau fixe chez Nest. L’entreprise créée par Tony Fadell, surnommé le « père de l’iPod » quand il travaillait pour Apple, fait partie du giron de Google. Mais en passant d’Apple à Google, il a aussi importé une certaine manière de faire qui passe assez mal.

Le site The Information fait état des sérieuses difficultés qui secouent Nest, devenu une filiale d’Alphabet, la maison-mère de Google. Greg Duffy, le confondateur de Dropcam, une société acquise par Nest, dit de Tony Fadell qu’il agit comme un « tyran bureaucrate ». Ambiance.

Les problèmes ont surgi alors que l’encre des signatures des deux hommes séchait sur le contrat d’acquisition (un deal à 555 millions de dollars). Fadell a décidé d’arrêter le développement de plusieurs produits en gestation chez Dropcam, comme les Tabs. Il s’agissait d’un système de surveillance d’ouverture et de fermeture de portes ; Nest compte le remplacer par sa propre technologie, Pinna, qui n’est pas encore sortie.

Un autre projet de Dropcam, concernant une caméra de surveillance d’extérieur, a lui aussi été mis sur pause par Fadell. Ce dernier avait assuré Duffy que ce type de fonctions ne prendrait que quelques mois pour être intégré dans la Nest Cam : dans les faits, il a fallu attendre un an, du temps que Duffy aurait préféré passer à concevoir de nouveaux produits.

Plus généralement, Greg Duffy estime que Tony Fadell gère des technologies qu’il ne comprend pas. Les ingénieurs qui travaillent chez Nest n’osent pas partager leurs vues avec le grand patron, de peur de ses rodomontades. La moitié de la matière grise de Dropcam a d’ailleurs quitté Nest. Duffy, qui regrette d’avoir vendu son entreprise, a lui aussi quitté le navire.

Source: Source