Le FBI va aider la justice à débloquer l’iPhone d’un suspect.

Sur le web

Par Elodie le

Le FBI a accepté d’aider le procureur de l’Arkansas à débloquer l’iPhone et l’iPod d’un suspect de meurtres, seulement quelques jours après avoir réussi à déverrouiller l’iPhone de San Bernardino sans l’aide d’Apple. Pour cette affaire, Cupertino n’a pas été consulté.

fbi_aide_débloquer_iphone_suspect

Le FBI a-t-il trouvé la formule magique pour déverrouiller les terminaux d’Apple ? Quoiqu’il en soit le bureau d’investigation de Little Rock dans l’Arkansas, a accepté de venir en aide au procureur pour débloquer l’iPhone 6 et l’iPod appartenant à deux adolescents suspectés de meurtres, Hunter Drexler et Justin Staton.

Selon le procureur, des conversations enregistrées après l’arrestation de Staton suggèrent qu’il a utilisé l’iPod pour communiquer sur ses futurs homicides. Le bureau du procureur aurait donc demandé l’aide du FBI pour accéder aux deux appareils. Le procès qui devait se dérouler la semaine prochaine a été repoussé à la fin de mois de juin pour laisser le temps au FBI de réaliser la manœuvre.

Le FBI n’a pas précisé s’il allait utiliser la même méthode éprouvée pour déverrouiller l’iPhone de San Bernardino.

En début de semaine, le FBI a abandonné la procédure lancée contre Apple, après avoir réussi à accéder aux « données stockées sur l’iPhone de Syed Farook » grâce à l’intervention d’une « tierce partie ».

Le FBI voulait contraindre la firme à lui apporter son « assistance technique » pour contourner la sécurité du téléphone et accéder aux données.

Un iPhone 5C dont l’OS est moins sécurisé que celui lancé en même temps que l’iPhone 6. Le FBI n’ayant pas communiqué sur la méthode précédemment employée, toutes les hypothèses sont permises. Notamment la piste Cellebrite, l’entreprise spécialisée soupçonnée d’être la tierce partie du FBI.

Le FBI aurait passé contrat avec Cellebrite le jour où il a assuré pouvoir déverrouiller l’iPhone sans l’aide d’Apple.

Apple n’a pas été contacté dans cette affaire. Comme le rapporte Le Monde, « la compagnie avait déjà refusé d’aider les procureurs d’autres États dans des circonstances similaires », d’après le procureur adjoint.