[Transparence] Facebook supprime la photo du Bataclan plus de 32 000 fois

Sur le web

Par Elodie le

Facebook a publié son rapport de transparence relatif aux demandes de données et autres requêtes envoyées par les autorités à Facebook. Des demandes en augmentation depuis les attentats du 13 novembre et une photo bloquée plus de 32 000 fois.

facebook_censure_photo_bataclan

Comme il est désormais de coutume depuis trois ans maintenant, Facebook publie son rapport de transparence des demandes de données utilisateurs et restrictions de contenu formulées par les différents gouvernements.

Dans son rapport relatif à la période juillet-décembre 2015 en France, toutes les demandes sont en augmentation, de même que les résultats apportés. Ainsi, pour 2 711 demandes de données concernant 2 894 comptes utilisateurs, 54,22 % ont généré des données.

Les demandes de restrictions de contenu ont subi la plus forte hausse : 37 695 éléments de contenu ont été bloqués par le réseau social, contre seulement 295 au premier semestre 2015. Un chiffre fortement marqué par les attentats du 13 novembre dernier à Paris.

« Nous avons restreint l’accès en France à des contenus signalés parce qu’ils contrevenaient aux lois qui punissent la négation de l’Holocauste ou qui promeuvent le terrorisme, ainsi que 32.100 occurrences d’une image liée aux attentats de novembre 2015 à Paris, qui, selon l’office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l’information et de la communication, violaient les lois françaises sur la protection de la dignité humaine », indique Facebook dans son rapport.

32 100 requêtes visaient une seule et même photo, « en lien avec les attaques terroristes de novembre 2015 », explique Facebook, certainement celle prise à l’intérieur du Bataclan peu après l’attaque des terroristes et largement diffusée sur les réseaux sociaux. Une photo censurée pour « atteinte grave à la dignité humaine », et « atteinte au secret de l’enquête » sur demande du ministère de l’Intérieur. Le ministère ayant réclamé sa censure auprès des trois principaux réseaux sociaux, Facebook, Twitter, Instagram, sur l’ensemble du territoire français.