Une entreprise veut créer une pluie de météorites pour les JO 2020

Espace

Par Malo le

Parce que tout le monde sait que les pays organisateurs ont plein d’argent à jeter par la fenêtre !

*wink* *wink*
*wink*

Sérieusement. Passé la rigolade, cette idée est juste géniale ! La startup Star-ALE souhaite rendre un tantinet plus grandiose la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques de Tokyo en 2020. Elle propose de recréer artificiellement une pluie de « météorites » qui pourrait s’observer à 200 km à la ronde.

Le concept : lancer un satellite dans l’espace qui contiendrait des artifices pyrotechniques sous forme de boules. Celles-ci seraient ensuite lancées en direction de la Terre. Leur combustion (due à l’entrée dans l’atmosphère) dégagerait une couleur spécifique en fonction de leur composition. Mais une question se pose : comment distinguer de petites boules de lumière dans le ciel. Star ALE pense qu’il n’y aura aucun problème à cela, si on se trouve dans un rayon de 200 km autour de Tokyo. En effet, les artifices ont une magnitude (mesure de leur rayonnement) de -1 tandis que l’étoile la plus brillante, Sirius, est à -1,5.

L’entreprise, qui a appelé son invention « SkyCanvas » (« le ciel comme toile »), va très bientôt lancer une série de micro satellites qui contiendront de 500 à 1000 artifices. Ceux-ci devraient produire une intense lumière lorsqu’ils retourneront dans l’atmosphère et se consumeront à une altitude de 50 à 80 km.

star ale 2

Pour tester leur idée, les concepteurs de SkyCanvas ont placé ces « artifices » dans des chambres à vide et leur ont appliqué une chaleur semblable à celle qu’elles subiront dans le ciel. Si le projet se concrétise, il pourrait être observé par plus de 30 millions de personnes.

Mais de nombreuses contraintes s’opposent encore à la réalisation de projets de la sorte. Notamment son coût : chaque artifice demande 8000 dollars d’investissement. Et on ne vous parle pas du lancement des satellites. Nous avons donc peu de chances d’admirer une pluie de météorites artificielle lors des Jeux Olympiques 2020. Mais pourquoi pas au dessus de Paris en 2024 ? (*wink*)

Source: Source