Warner Bros. officiellement averti pour avoir payé des YouTubers sans le signaler clairement

Par Cyril le

Ombre du Mordor FTC

Attaqué par la FTC (Federal Trade Commission), Warner Bros. a reconnu son manque de clarté dans la promotion de L’Ombre du Mordor, sorti fin 2014. L’éditeur avait alors organisé une campagne de publicité en passant par le relais d’influenceurs, payés pour mettre en ligne sur YouTube et en avant sur les réseaux sociaux des vidéos de gameplay où le jeu était commenté de manière positive. Cumulant un total de plus de cinq millions de vues (dont 3,7 pour celle de PewDiePie), ces vidéos ne contenaient cependant pas d’avertissement quant à leur caractère publicitaire.

Les instructions données aux Youtubeurs leur demandaient bien de préciser qu’il s’agissait d’une vidéo sponsorisée, mais ces informations devaient figurer dans l’espace de texte situé sous le bouton « plus » de la vidéo (qui n’apparaissait donc pas lorsque cette dernière était partagée). Plusieurs participants ont mentionné dans leurs vidéos qu’ils avaient eu accès à une version d’essai du jeu, mais en omettant de préciser qu’ils avaient été payés pour cette dernière, et Warner a approuvé au moins une vidéo qui ne respectait pas les critères de transparence fixés.

Si Warner Bros. a reconnu les charges, l’entreprise n’a pas été condamnée. La FTC a préféré être magnanime en l’obligeant désormais à être irréprochable sous peine de devoir payer une amende. Il faudra en effet que les éventuels paiements d’une campagne soient clairement mis en avant dans une vidéo, et les influenceurs devront être avertis sur le respect des critères de transparence. Un document résumant les directives à suivre en cas de futures campagnes de publicité a été publié et servira désormais d’étalon pour le reste de l’industrie.

Comme l’a déclaré Jessica Rich, présidente du bureau de la protection des consommateurs à la FTC :

Les entreprises comme Warner Bros. doivent se montrer honnêtes vis-à-vis des consommateurs dans leurs campagnes de publicité numérique. Ces derniers ont le droit de savoir si les critiques donnent leur opinion ou s’ils font simplement de la promotion.

Source: Source