Pensez à un VPN pour vos vacances, surtout dans certains pays

Android

Par Gregori Pujol le

Selon une étude publiée en avril 2016 et réalisée sur 29000 personnes, 15% des français partant en vacances cette année prévoient d’aller à l’étranger. La censure étant une chose assez courante dans certains pays, elle demande donc de s’équiper d’un VPN avant son départ.

Photo : © pat138241 / Depositphotos
Photo : © pat138241 / Depositphotos

Voici un top 5 des destinations de vacances qui demandent d’être prévoyants :

5. MYANMAR (BIRMANIE)
Nation du Sud-Est asiatique, le Myanmar (ex-Birmanie), bloque activement les sites Web qui montrent les violations des droits de l’homme et / ou sont en désaccord avec le gouvernement officiel. Le pays filtre également les e-mails, les réseaux sociaux et toutes les autres formes de communications basées sur le Web afin de bloquer l’activité dissidente dans le pays. Les cafés Internet sont tenus de tenir un registre des utilisateurs et de leur activité, et de mettre à la disposition de la police ces documents sur demande.

4. VIETNAM
Le parti communiste du Vietnam permet à ses citoyens d’accéder à des sites Web standard tels que Yahoo, Google et MSN de Microsoft sous réserve que ces sites donnent les noms de tous les blogueurs qui utilisent leurs services. Par ailleurs, le pays bloque tous les sites qui critiquent le gouvernement ou le communisme et ceux qui défendent les droits de l’homme, la liberté et la démocratie.

3. TURQUIE
La Turquie s’est quant à elle dotée de moyens pour censurer Internet autant que faire se peut dès la mi-2014. Le mouvement était destiné à bloquer la dissidence au sein de la population et a représenté un pas en arrière pour un pays par ailleurs progressiste. La nouvelle loi exige que les fournisseurs de services conservent pendant 2 ans les données de tous les utilisateurs et suppriment tout contenu dit répréhensible dans les 4 heures.

2. TUNISIE
Moins de 40% des habitants ont accès à Internet, et sont souvent forcés de se connecter depuis des cafés Internet, compte tenu du coût élevé pour se connecter au web. Les fournisseurs d’accès Internet doivent signaler tous les blogueurs au gouvernement, notamment donner leurs noms, adresses et informations personnelles. Toutes les connexions sont acheminées via un serveur central où le contenu est filtré et les e-mails sont surveillés. Les blogueurs et les journalistes qui sont suspectés de « diffamer » le gouvernement ou le pouvoir militaire sont souvent emprisonnés.

1. CHINE
La Chine est un autre censeur d’Internet bien connu. Bien que l’accès à Internet soit vaste, et qu’on y trouve une industrie des réseaux sociaux active, le pays bloque les IP, les filtres de recherche et efface même le contenu ou réoriente les requêtes vers des contenus restreints aux informations pro-Chine. Le blocus, souvent désigné comme la Grande muraille de Chine, utilise à la fois les services de la technologie et d’individus pour bloquer l’accès et limiter la propagation de l’information.

Quel VPN ?

Aujourd’hui, de nombreux VPN sont disponible sur la toile, mais nous en avons sélectionné 3 qui ont aussi été testés par notre équipe, qui semble assez efficaces et faciles à utiliser.

Le VPN propose une offre à partir de 9,95€/mois sans engagement ou 4,95€/mois sur un an, et ses services dans 160 pays avec 114 serveurs dans le monde entier, un service SmartDNS et 2 connexions simultanées.
HIDE MY ASS! propose des serveurs dans plus de 190 pays, 2 connexions simultanées et une offre à 9,99€/mois sans engagement ou 4.99€/mois si vous prenez sur 1 an.
F-Secure Freedome propose quand à lui des formules annuelles à 49,90 € pour 3 appareils et jusqu’à 79,90 € pour 7 appareils. Il propose une protection anti-tracking et des serveurs VPN en Europe, en Amérique du Nord, en Asie et en Australie (17 pays possibles).

Quelques conseils de base à adopter en vacances, au-delà de l’utilisation d’un VPN

Limitez votre utilisation du Bluetooth
Quand vous activez l’option Bluetootoh, les hackers peuvent accéder aux réseaux auxquels vous vous êtes déjà connectés, les imiter et tromper votre ordinateur ou votre téléphone mobile.

Configurez une app de géolocalisation de votre appareil
On ne sait jamais ce qui peut se passer, et les risques sont sans aucun doute plus importants en vacances, quand on a la tête ailleurs. Anticipez la possibilité qu’un de vos appareils soit volé, et installez sur chacun d’entre eux un tracker par exemple, qui permettra de le localiser.

Une seconde carte SIM spéciale vacances n’est pas une mauvaise idée
Votre téléphone « habituel » vous permet sans doute de téléphoner depuis n’importe quel pays du monde. Mais pour ça, les fournisseurs de téléphonie mobile doivent partager votre identité et vos coordonnées avec leurs collègues à l’étranger. Une passerelle facile à hacker quand on s’y connait un peu.

Vérification de base
Se faire pirater son compte est sans doute pire que se faire voler son ordinateur. Il est possible de se munir de cartes pré-payées, mais elles n’éviteront pas à votre argent de se volatiliser. Pensez à vérifier les assurances incluses dans vos cartes de crédit, qui sont systématiquement proposées par votre banquier.