Voici toutes les infos sur le jeu de cartes Bloodborne

Par Cyril le

Bloodborne jeu de cartes

La semaine dernière avait lieu la Gencon d’Indianapolis, l’un des plus gros salon de jeux de société au monde avec celui d’Essen, qui a lieu en octobre. Et quand je dis gros, je n’exagère pas : 518 exposants en 2016, un public de 61 000 personnes en 2015 et un apport à l’activité économique d’Indianapolis qui approche les 70 millions de dollars. Le salon « à l’américaine », en somme (il existe par exemple une immense salle réservée aux femmes adeptes du tricot qui ne font qu’accompagner leur mari).

C’est évidemment l’occasion de montrer les nouveautés qui vont arriver d’ici la fin de l’année sur le marché américain, et c’est pourquoi Eric M. Lang, auteur reconnu dans le milieu, en a présenté davantage sur le jeu de cartes Bloodborne qui sortira en octobre chez l’éditeur CMON, connu pour sa licence Zombicide et ses campagnes Kickstarter remplies de figurines. Les règles du jeu sont d’ailleurs disponibles sur le site officiel, ce qui permet de savoir exactement ce qu’on nous y proposera.

Semi-coopératif prévu pour trois à cinq joueurs, le jeu vous fait incarner des chasseurs pénétrant dans un Donjon Calice afin de récolter un maximum d’échos du sang en éliminant des monstres. Il vous faudra venir à bout de dix monstres (dont trois boss) avant d’affronter un Boss final, bien plus dangereux et qui possède une capacité spéciale modifiant une règle du jeu pour l’ensemble de la partie. Chaque monstre vaincu rapportera des échos du sang et des trophées aux chasseurs qui auront participé à son élimination, le but étant d’avoir plus d’échos du sang que les autres une fois le donjon terminé.

gameplay Bloodborne

Le point sur les règles

Le système de jeu est simple et plutôt malin : chaque joueur choisit secrètement une carte parmi celles qu’il a dans sa main (arme de corps-à-corps, arme à distance ou équipement), après quoi elles sont toutes révélées dans l’ordre du tour après l’attaque du monstre. Chaque dégât occasionné vous rapporte un écho du sang, mais si vous tapez et que le monstre est déjà mort, vous n’aurez rien du tout. Le but est donc de ne pas gâcher ses cartes en parvenant à faire un maximum de dégâts au monstre lorsqu’il a encore assez de vie. Si vous le touchez au tour où il est éliminé, vous remportez également un trophée qui correspond au type du monstre et vous donnera davantage d’écho du sang à la fin de la partie.

Il est également possible de se rendre dans le rêve du Chasseur en jouant la carte correspondante en début de tour, ce qui a plusieurs effets : vous ne prenez que la moitié des dégâts occasionnés par le monstre ce tour, pouvez choisir une carte d’amélioration (meilleure arme, puissant équipement, etc.), refaites le plein de santé et SURTOUT sécurisez vos échos du sang. C’est là le point central du jeu puisque, si vous mourrez, tous les échos du sang récoltés mais non sécurisés dans le rêve du Chasseur seront perdus. Sauf que se rendre dans le rêve du Chasseur vous fait perdre un tour, et que vos petits copains risquent de se goinfrer d’échos du sang en votre absence…

Bloodborne jeu de cartes ennemis

Bloodborne jeu de cartes équipements

Si vous aimez la licence, vous pouvez mettre sereinement la main au portefeuille

Comme d’habitude avec Eric M. Lang, la mécanique est rodée et le jeu promet de tourner sans accroc. Il y aura bien entendu plus de monstres, de boss et d’équipements que ceux utilisés durant une partie, ce qui permettra de ne pas répéter sans cesse le même donjon. Difficile de dire si nous aurons droit à une version française, mais le peu de texte sur les cartes et sa relative simplicité ne devrait pas vous poser de problème si vous décidez de l’acquérir.

Bloodborne : the card game, c’est pour octobre 2016 et ça coûtera dans les 35 euros.

Source: Source
stopwatch 4 min.