[Selon une récente étude] Les Millennials préfèrent leur smartphone au sexe

culture geek

Par Elodie le

L’arrivée et l’adoption massive des smartphones a eu un effet pervers : les Millenials, qui désignent cette génération née entre les années 80 et 90, passeraient plus de temps sur leur mobile à tenter de trouver l’amour en ligne qu’à multiplier les aventures IRL.

millenials_smartphones_sexe

Dans un monde où il est désormais facile de communiquer avec le monde entier, rencontrer des gens, nouer des amitiés numériques et plus si affinités, l’adoption grandissante des smartphones aurait produit l’effet inverse en enfermant les gens dans une bulle tout en leur donnant l’illusion de l’ultra-connectivité.

Une activité sexuelle proche de celle des années 20

Selon la récente étude publiée dans le journal Archives of Sexual behavior, les Millenials ont moins de relations sexuelles que les générations précédentes. Ainsi, aux États-Unis, environ 15 % des adultes âgés de 20 à 24 ans disent n’avoir eu aucun partenaire sexuel depuis leurs 18 ans, ils étaient seulement 6 % au sein de la génération précédente, rapporte ainsi The Next Web.

Si cette étude ne peut pas être véritablement transposée en France, elle révèle tout de même une tendance.

Pour parvenir à ces résultats, les chercheurs ont analysé les données du General Social Survey, compilant les résultats d’une étude représentative menée au niveau national entre 1989 et 2014. Entre autres choses, les chercheurs ont démontré que les Millenials étaient moins susceptibles d’avoir de rapports sexuels aujourd’hui que la génération X née dans les années 60 et 70.

« La seule autre génération qui a montré un plus haut taux d’inactivité sexuelle était celle des personnes nées dans les années 1920 », souligne ainsi l’étude menée par des chercheurs de la Florida Atlantic University.

Une génération touchée par la crise qui se réfugie derrière son écran

Les Millenials sont également une génération Tanguy fortement touchée par la crise : bas salaire, chômage et précarité compliquent autant leur prise d’indépendance et ne concourent pas à plus d’intimité.

Pour expliquer ce phénomène, Jean Twenge, expert de la génération Y (les Millenials donc) et auteur de deux études, avance également une explication dans les colonnes du Washington Post : l’addiction aux écrans.

« En théorie, les applications de rencontres devraient aider les Millenials à trouver plus facilement des partenaires sexuels, explique-t-il. Mais la technologie peut avoir l’effet contraire. Les jeunes passent tellement de temps en ligne qu’ils en oublient d’interagir avec la personne, et donc n’ont pas de relations sexuelles. »

Et ce n’est pas ce Millenial interrogé par le quotidien US qui viendra le contredire : Noah Patterson, web designer de 18 ans, affirme ainsi : « Pour un rendez-vous moyen, je dois investir deux heures de mon temps et ce sont deux heures durant lesquelles je ne pourrais pas faire quelque chose que j’aime. Je préfère encore regarder des vidéos sur YouTube et gagner de l’argent. De plus, les relations ne sont pas quelque chose d’intéressant pour le CV ».

Source: Source