Vous vous souvenez d’Il était une fois… La vie ? Ils ont écrit un super bouquin sur le sujet !

culture geek

Par Fabio le

Présent dans notre guide d’achat ultime du geek de Noël 2016, Il était une fois… la belle histoire de Procidis est dans toutes les bonnes librairies depuis quelques jours. À l’occasion du salon du livre et de la presse jeunesse, nous avons pu poser quelques questions à un des trois auteurs de ce très bel ouvrage, Maroin Eluasti.

il-etait-une-fois

Journal du Geek : Comment est née l’idée d’écrire un livre sur ces séries ?

Maroin Eluasti : L’idée vient de très loin. Je suis un passionné d’animation, de dessins animés, de l’histoire du dessin animé et de celle des co-productions. Notamment, les co-productions qui ont pu se faire entre la France et le Japon. Pour le livre sur Procidis, j’ai commencé à démarcher le studio entre 2006 et 2007, de façon personnelle. Je faisais mes allers et retours à Paris et Albert Barillé était en pleine production de sa dernière série. Il n’a pas pu me recevoir à l’époque, mais j’ai persévéré.

Dans un premier temps, j’avais dans l’idée de l’éditer à compte d’auteur, au sein d’une société que j’avais créée. Mais j’ai d’abord travaillé sur un autre ouvrage sur lequel j’étais beaucoup plus avancé en terme d’écriture. C’est un livre qui est consacré à la société DIC qui a fait Ulysse 31, Inspecteur Gadget, Les Mystérieuses Cités d’or… intitulé Les séries de notre enfance (2013). Voyant toutes les difficultés que j’ai eue avec ce premier livre, j’ai essayé de voir si je pouvais travailler avec un éditeur pour Procidis. J’avais eu la chance de rencontrer Huginn & Muninn. Je leur ai proposé l’idée du livre et ils ont dit oui. Ensuite, ça s’est fait très très vite.

3d-procidis-d1-1

JdG : Qu’est-ce qui rend cette série si spéciale ?

M.E. : Quand j’étais gamin, la première série que j’ai découverte c’était Il était une fois… l’Homme. Ce que j’ai aimé, c’est la façon dont la série met en lumière cette petite famille qui parcourt, comme ça, toute l’Histoire, mais aussi les gags, avec le Gros qui tapait sur le teigneux et le nabot, parce que leurs actions étaient profondément injustes. En grandissant, je me suis rendu compte qu’il y avait plusieurs niveaux de lecture, et ça, ça a été un énorme atout pour les séries d’Albert Barillé, qui s’adressaient aussi bien aux enfants qu’aux parents. Les séries comme l’Espace ou La Vie étaient assez complexes. Surtout La Vie, que j’ai redécouverte il y a quelques années. C’est vraiment l’humour dont est imprégnée la série qui la rend digeste pour un public jeune. Plus globalement, c’est l’aspect à la fois pédagogique et ludique qui fait la force de la série. Quand on visionne un épisode, on apprend quelque chose, et ça c’est important.

JdG : Quel est ton univers préféré ?

M.E. : J’ai un coup de cœur pour l’Homme ! Et l’Espace. Parce que les personnages étaient toujours de bonne humeur. C’est la sympathie de tous ces personnages qui ont fait que la série a fonctionné. On se les accapare tout de suite.

Il était une fois… La belle histoire de Procidis, de Maroin Eluasti, Magalie Soufflet, Christophe Lambert
34,95 euros, chez Huginn & Muninn