En 2016, plus de 1000 communes françaises en zone blanche ont été enfin couvertes par les opérateurs mobile

Ville de Geeks

Par Pierre le

La couverture des zones blanches en France est un défi pour la Fédération française des télécoms (épaulée par Bouygues, SFR et Orange). L’organisation met en effet tout en oeuvre pour couvrir en 3G et 4G les dernières communes françaises qui ne disposent pas de réseau. Et les choses avancent bien.

SONY DSC

La FFT tire la couverture

La plupart des zones blanches, des zones qui ne sont pas couvertes en 3G ou en 4G (voire en réseau téléphonique), se trouvent dans des zones rurales reculées. En 2015, 3582 communes ont été inscrites dans le programme de couverture de la Fédération française des télécoms afin de bénéficier enfin d’une couverture réseau. Aujourd’hui, la FFT dévoile ses résultats pour l’année dernière. Sur le total des communes listées, 2624 jouissent désormais de l’accès à l’Internet mobile à dater du 31 décembre 2016. Des communes couvertes par les trois principaux opérateurs mobiles. Sur ces 2624 communes, 848 se trouvent en montagne, des zones plus difficiles à couvrir. L’année 2016 a ainsi permis la couverture de 1064 communes au total. Des zones où l’Internet mobile se montrait totalement absent en 2015. La FFT espère couvrir 958 communes supplémentaires d’ici la fin de l’année.

Au total, ce sont 2,3 milliards d’euros qui sont investis tous les ans pour en finir avec ces zones blanches.

Des zones blanches pas forcément coupées du monde

Habiter dans une zone blanche ne signifie pas être coupé du monde dans la plupart des cas. En effet, une zone blanche est une région non couverte pas les trois opérateurs principaux. Seulement 150 communes de France ne disposent d’aucun réseau téléphonique en 2G. Des endroits reculés et difficiles à aménager pour les opérateurs. En ce qui concerne la 2G, la couverture est maintenant actée sur quasiment tout le territoire. Quasiment. Car sur les 3582 communes du programme, 91% sont maintenant dotées d’un réseau mobile.

Source: Source