Cet ancien développeur de Mozilla conseille d’éviter les antivirus

Android

Par Elodie le

C’est la conclusion à laquelle est arrivé un ancien développeur de la fondation Mozilla, pour qui les antivirus tiers seraient aussi contre-productifs que nuisibles pour les ordinateurs.

antivirus-bad-mozilla
Se passer d’un antivirus aujourd’hui parait dangereux, si ce n’est inconscient, alors lorsqu’un ancien développeur de Mozilla, chantre du logiciel libre, vante les mérites de Microsoft, on nage presque en pleine science-fiction.

Et pourtant, Ars Technica a repéré le billet de blog de Robert O’Callahan, dans lequel il affirme de but en blanc : « Les éditeurs de logiciels antivirus sont effroyables, n’achetez pas de logiciel antivirus, et désinstallez-le si vous en possédez un (excepté sur Windows pour Microsoft) ».

Autrement dit, il vous encourage à vous séparer de votre antivirus pour ne conserver que celui intégré à Windows (de 7 à 10), Windows Defender.

Les antivirus sont nuisibles

Une déclaration qui a de quoi surprendre : ces logiciels sont généralement considérés comme le dernier rempart face aux malwares et autres virus.

« Dans le meilleur des cas, il n’existe pas de preuves suffisantes démontrant que les principaux antivirus qui ne sont pas fournis par Microsoft offrent un gain réel du point de vue de la sécurité. Ils nuisent plus probablement à la sécurité de façon notable », explique-t-il.

Ces logiciels seraient de véritables « poisons » pour la sécurité des ordinateurs et un cauchemar pour les développeurs. Il en veut pour preuve les multiples bugs détectés sur différentes suites et répertoriés dans Google Project Zero (comme Symantec et Norton), mais aussi, et surtout, les propos de Justin Schuh, responsable sécurité de l’équipe de développement de Chrome. Sur Twitter, celui-ci qualifie les antivirus de « principaux obstacles pour proposer un navigateur sécurisé ».

Un poison pour les ordinateurs et développeurs

Leur code est mal programmé, les éditeurs et développeurs de navigateur auraient donc le plus grand mal à améliorer la sécurité de leur propre produit. O’Callahan relève ainsi qu’à de nombreuses reprises, « les logiciels d’antivirus ont bloqué les mises à jour de Firefox, empêchant les utilisateurs d’obtenir d’importants correctifs de sécurité ».

Quand ils n’introduisent pas eux-mêmes des failles sur des logiciels sains : « Quand votre logiciel plante au démarrage à cause des interférences causées par l’antivirus, les utilisateurs blâment votre logiciel, pas l’antivirus ». Mais les éditeurs de logiciels comme Microsoft – que O’Callahan qualifie de firme « généralement compétente » – se gardent bien de commenter ce type de déconvenues parce qu’ils sont obligés de collaborer avec eux.

Privilégiez les bonnes pratiques

Il est cependant assez simple de se passer d’antivirus, comme ceux que l’on télécharge gratuitement en ligne, indique Ars Technica : il suffit de mettre régulièrement à jour son système d’exploitation et les logiciels installés sur votre ordinateur. Vous avez donc tout intérêt à tirer un trait sur Windows 7, 8 ou toute autre version antérieure à Windows 10, pour opter pour le nouvel OS de Redmond.

Enfin, une bonne dose de prudence — voire de paranoïa — s’impose lorsque vous naviguez sur internet. Il vous revient d’être vigilant aux sites que vous consultez, aux liens sur lequel vous cliquez et aux fichiers que vous téléchargez. Cela vous permettra d’éviter bon nombre de malwares ou d’attaques par phishing, banales, mais très fréquentes.

Source: Source