Un jeune activiste français retarde l’arrivée en France du site pro-Trump “Breitbart News”

Sur le web

Par Elodie le

Le lancement de Breitbart New en France attendra. Un étudiant français a racheté plusieurs URL pour empêcher l’exportation du média dans le pays.

breitbart-arrivée-france-retard-français-url

Breitbart News, le média chouchou de l’Alt Right (droite alternative) américaine, devait arriver en France, « l’endroit où il faut être » selon les propres dires de Stephen Bannon, président exécutif de Breitbart jusqu’en 2016, aujourd’hui à la tête du conseil de sécurité de la Maison Blanche. Considéré comme « l’homme le plus dangereux de la politique américaine » (Bloomberg en 2015), on lui devrait le polémique décret anti-immigration interdisant aux réfugiés et citoyens de 7 pays à majorité musulmane d’entrer aux Etats-Unis pendant 90 jours.

La présidentielle française approchant, l’exportation de Breitbart News en France devenait intéressante pour le site d’info conservateur d’extrême droite : « Avec ses jeunes entrepreneurs, les femmes de la famille Le Pen… Marion Maréchal-Le Pen est la nouvelle étoile montante. Nous cherchons à ouvrir un Breitbart Paris, voire un Breitbart France », confiait alors le bras droit de Trump.

Breitbart prépare son arrivée en France

Une nouvelle accueillie avec ravissement par la nièce de la présidente du Front National :

« Je réponds oui à l’invitation de Stephen Bannon, bras droit de Donald Trump, de travailler ensemble »

Toutefois, le lancement de Breitbart en France risque de prendre du retard. En cause ? L’acte de résistance d’un jeune étudiant français, rapporte The Verge.

Un jeune français fait de la résistance

Peu après l’élection de Trump en novembre dernier, celui qui se fait appeler Antonin a acquis le nom de domaine breitbart.fr, mais aussi breitbartnews.fr et breitbartnewsnetwork.fr afin de limiter l’influence de Breitbart en France dans le cadre de l’élection présidentielle française qui doit débuter en avril prochain.

« Lorsque j’ai vu qu’ils cherchaient à se lancer en France, j’ai vraiment eu peur, parce que je pense que le site pourrait vraiment marcher en France », explique l’étudiant au magazine américain. « Alors, je suis immédiatement allé sur OVH [l’hébergeur de sites internet français, NDLR] et j’ai vu que le nom de domaine était disponible ».

Breitbart.fr n’est plus disponible

Ni une, ni deux, Antonin s’est offert cette jolie prise de guerre. Le jeune homme assure qu’il n’a pas été contacté par Breitbart après avoir acquis ces noms de domaine et que de toute façon, il n’a aucune intention de les vendre, quand bien même ils lui feraient une offre intéressante. Il pense plutôt rediriger ces sites vers des associations de lutte contre le racisme et l’antisémitisme.

« Je me suis dit que cela pourrait être marrant, et j’étais surpris que les noms de domaine n’aient pas encore été achetés »

En effet, la question se pose, si l’ancien directeur de campagne de Donald Trump est aujourd’hui très occupé par son rôle d’éminence grise de la présidence, les responsables de Breitbart doivent aujourd’hui s’en mordre les doigts.

Pourtant, chez Breitbart on affirme qu’il n’y a « rien à signaler encore » concernant un éventuel développement en Europe. Le média a également des bureaux à Londres et Jérusalem, où Donald Trump souhaite déplacer l’ambassade américaine d’Israël.

En France, un seul média revendique sa filiation avec Breitbart News, le site d’extrême droite Fdesouche, qui se qualifie même de « Breitbart of France »

Source: Source