Uber aurait précipité son divorce, un Français réclame 45 millions d’euros

Sur le web

Par Elodie le

Une faille dans l’application iOS Uber aurait éveillé les soupçons d’infidélité de son épouse et précipité son divorce. Un homme d’affaires niçois réclame 45 millions d’euros en réparation à la licorne* américaine.

Divorces
Divorces

C’est une affaire quelque peu insolite pour Uber, qui change des récentes polémiques auxquelles la firme a dû faire face.

Le Figaro rapporte qu’un homme d’affaires de la Côte d’Azur reproche à Uber une faille technique dans son application iOS qui aurait permis à son épouse de suivre ses allées et venues, éveillant du même coup des soupçons d’infidélité. Désormais empêtré dans un divorce à plusieurs millions d’euros, il assigne l’entreprise en justice et lui réclame 45 millions d’euros de réparation.

Une faille bien indiscrète

Double peine, c’est l’homme d’affaires lui-même qui s’est tiré une balle dans le pied en voulant commander un Uber avec son propre compte depuis l’iPhone de son épouse.

Même déconnecté de son compte, l’application continuait d’envoyer des notifications relatives au compte Uber du mari sur le mobile de l’épouse. Celle-ci avait ainsi accès à des informations de compte de son mari concernant ses commandes (le nom du chauffeur, sa plaque d’immatriculation ou encore l’heure d’arrivée). Même sans avoir accès à la géolocalisation en temps réel ou à la destination finale, l’épouse pouvait suivre à la trace les commandes effectuées par son mari. Suffisant pour susciter quelques doutes sur ses réelles allées et venues.

uber-divorce-français-millions

« Uber ne commente pas publiquement les cas individuels, et notamment celui-ci intervenant dans le cadre d’une procédure de divorce entre deux époux », a simplement déclaré la société au Figaro.

Une défaillance connue

Comme l’explique le quotidien qui a voulu « reproduire l’expérience décrite par le plaignant » :

« Un premier iPhone, connecté puis déconnecté à un compte Uber, reçoit toujours les mêmes notifications qu’un second iPhone, sur lequel est lancée une commande. Dans ce scénario, il est ainsi possible de savoir à distance quand un utilisateur fait appel aux services de chauffeurs privés et d’obtenir les informations relatives à sa prise en charge en temps réel, sans même avoir besoin de son mot de passe. Cela ne donne toutefois pas accès à des données plus précises, comme la géolocalisation en temps réel ou la destination exacte. En ouvrant la notification, seul l’écran de connexion apparaît ».

Si les applications sont de plus en plus citées comme source de preuves dans les divorces – en décembre 2011 déjà, une étude révélait que Facebook était cité dans 33 % des divorces anglais -, rien ne dit que le tribunal de grande instance de Grasse recevra cette défaillance technique comme preuve.

Selon Le Figaro, cette faille, qui ne concernerait que les versions iOS antérieures à la mise à jour du 15 décembre, ne serait pas nouvelle. Les « tokens », des identificateurs utilisés par les app pour envoyer des notifications à un appareil précis, pourraient être en cause. Normalement révoqués par Uber après déconnexion du compte précédemment connecté, ces tokens continueraient d’être rendus actifs par la faille technique.

Une première audience doit avoir lieu le mois prochain.

* start-up américaine ayant dépassé le milliard de dollars de valorisation.

Source: Source