Mais au fait, il y a quoi dans les Nike HyperAdapt 1.0 autolaçantes ?

Gadget

Par Jules le

Le premier qui répond des pieds est un gros troll.

Crédit : MindTribe
Crédit : MindTribe

Depuis 1989 et Retour vers le Futur 2, elles font rêver. On veut bien entendu parler des Nike Air MAG autolaçantes de Marty McFly. Et si la marque américaine a produit une série très limitée des chaussures portées par Michael J. Fox, elle a aussi mis en vente, le 1er décembre dernier, la sneaker Nike HyperAdapt 1.0. Il s’agit de la première paire de chaussures autolaçantes grand public.

Une fois passé “l’effet Woah” des premiers laçages automatiques (et du prix : on parle d’une paire à 720 dollars), certains se sont demandé ce qui pouvait être à l’origine de cette sorcellerie. C’est le cas de Mindtribe, consultant en ingénierie basé à San Francisco, qui a décidé d’ouvrir une chaussure pour voir ce qu’elle avait sous le capot.

Vers une technologie modulable ?

Outre des câbles et des moteurs, la Nike HyperAdapt 1.0 embarque un processeur ARM Cortex M4, une série de capteurs de pression et deux boutons. Mais plus surprenant, la chaussure abrite également en son sein un connecteur périphérique dont les broches ne sont pas toutes utilisées.

Crédit : MindTribe
Crédit : MindTribe

Pour les ingénieurs, cela ne fait aucun doute, ces broches ont été laissées libres pour pouvoir accueillir de nouveaux composants (dans les prochains modèles de sneakers autolaçantes). Ainsi, TechCrunch rapporte que Nike envisagerait d’inclure un système de rechargement cinétique ou un podomètre. Wait and see, comme dirait l’autre (non pas vous, lui).

Source: Source