David Fincher serait proche de signer pour World War Z 2

Cinéma

Par Pierre le

Fincher à la réalisation de World War Z 2 ? C’était au départ une folle rumeur. Un fantasme de voir le réalisateur de Seven ou Fight Club reprendre en main une licence qui n’a pas convaincu par son premier volet. Eh bien, le fantasme serait en passe de devenir réalité.

Zombies Fight Club

Variety indique, sources internes à l’appui, que David Fincher serait sur le point de signer pour réaliser la suite de World War Z, sorti en 2013. Une information non confirmée par la Paramount, qui n’a pas encore remis le film dans son calendrier, mais qui a de grandes chances d’aboutir, selon le site américain.

Variety en rajoute une couche en indiquant que la production pourrait débuter dans la première moitié de 2018. Ce serait Brad Pitt, proche de Fincher, qui aurait convaincu ce dernier à prendre la responsabilité de cette suite, appuyé par Jim Gianopulos, ami de Fincher, et ancien patron de la Fox qui a récemment pris les rênes de la Paramount.

Fincher pour (re)lancer la licence ?

Le premier World War Z n’était pas le pire film du monde, loin de là. Cependant, il manquait cruellement de personnalité, proposant un univers lisse et une aventure convenue sans grand interêt. Fincher pourrait apporter sa patte sur cette suite et définitivement lancer une licence adaptée des écrits de Brooks.

Ce serait la deuxième fois de sa carrière que Fincher signerait pour une suite, si la chose se concrétise. Un fait étonnant, quand on sait que son premier film, Alien 3, a été une épreuve pour le cinéaste qui a toujours mis un point d’honneur à garder une main mise créative sur ses œuvres. Néanmoins, réaliser un film de commande de cette ampleur lui permettait d’obtenir une liberté totale pour son prochain projet. De même, film de commande ou non, Fincher collabore ici avec des personnes qui ont déjà travaillé avec lui par le passé et en qui il a confiance.

Quoi qu’il en soit, un World War Z 2 réalisé par Fincher serait une excellente nouvelle.

Source: Source