L’épave de l’USS Indianapolis, coulé pendant la Seconde Guerre mondiale, a été retrouvée par une équipe de chercheurs civils

Général

Par Jules le

Les restes du tristement célèbre croiseur américain, coulé au crépuscule de la Seconde Guerre mondiale, viennent d’être retrouvés par une équipe civile dirigée par Paul Allen.

Dans la nuit du 29 au 30 juillet 1945, alors que le conflit le plus meurtrier de l’histoire de l’humanité s’apprête à toucher à sa fin, le sous-marin japonais I-58 croise la route de l’USS Indianapolis. Le croiseur américain, embarquant 1 197 militaires, rentre de l’île de Tinian (située dans l’archipel des Mariannes, océan Pacifique), après avoir rempli une mission aussi secrète que cruciale, et se dirige vers l’île de Leyte. Il était chargé en effet de livrer de l’uranium-235 ainsi que plusieurs composants pour Little Boy, la bombe atomique larguée sur Hiroshima une semaine plus tard.

Le commandant du sous-marin japonais décide d’intercepter le navire et envoie deux torpilles. Lors de l’explosion, l’Indianapolis se brise en deux, puis coule douze minutes plus tard. 300 marins sombrent avec le navire. Le calvaire commence pour les 880 survivants qui vont affronter la déshydratation, l’hypothermie et les attaques de requins. Quatre jours plus tard, lorsque les secours arrivèrent, seuls 317 militaires avaient survécu. Il s’agit, à ce jour, du naufrage le plus meurtrier de l’histoire de la marine américaine.

Un trésor historique

72 ans plus tard, une équipe de recherche, composée de 13 personnes et dirigée par Paul Allen, milliardaire philanthrope et cofondateur de Microsoft, est parvenue à découvrir l’endroit précis où le USS Indianapolis a coulé. Après des recherches dans une zone de 1 550 km² en suivant les estimations du Dr. Richard Pulver, membre de l’agence américaine Naval History & Heritage Command chargée de la préservation de l’histoire navale des États-Unis, les chercheurs ont découvert que l’épave de l’Indianapolis reposait à plus de 5 500 mètres de profondeur. Pour localiser les restes du navire, les chercheurs se sont appuyés sur la crème de la crème de la technologie sous-marine. Utilisé depuis le vaisseau de recherche Petrel, cet équipement sous-marin est capable d’atteindre une profondeur de 6 000 mètres.

« Le Petrel, ses capacités, la technologie qu’il embarque et nos recherches sont le résultat d’années de dévouements et de dur labeur », a confié Robert Kraft, directeur des opérations sous-marines, à la Navy.

Une épave bien conservée mais qui restera au fond de l’eau

La bonne surprise pour l’équipe de recherche est l’état de conservation de l’épave après plus de 70 années au fond de l’océan. En témoignent les photos partagées par Paul Allen sur son compte Twitter.

Concernant l’avenir de l’USS Indianapolis, la marine américaine a été claire. Si l’équipe d’Allen continue à l’heure actuelle de cartographier la zone du naufrage, elle doit traiter le site comme une zone protégée et ne doit pas, à la demande des 22 marins survivants et des familles des victimes, intervenir physiquement sur l’épave.