Sony équipe la Gendarmerie et la Police nationale en smartphones

Smartphone

Par Mathieu le

67 000. C’est le nombre de smartphones qui vont être distribués (ou qui le sont déjà) aux forces de l’ordre dans les prochaines semaines. En 2016, la Gendarmerie et la Police nationale lancent, d’un accord commun, un appel d’offres auprès de plusieurs grands fabricants de smartphones pour équiper des milliers d’hommes et femmes dans l’exercice de leur fonction.

Sony remporte la bataille

On apprend aujourd’hui que c’est Sony, aux côtés d’Orange, qui a remporté la mise et qui s’est occupé d’envoyer 67 000 smartphones, d’un modèle unique, dans le cadre de projets baptisés NEO et NEOgend, aux deux institutions. On sait aujourd’hui que c’est le Sony Xperia X qui équipe les policiers et les gendarmes. Ils recevront également quelque 18 300 tablettes Xperia Z4. La société Orange s’occupe de son côté de fournir l’ensemble des cartes SIM pour équiper les téléphones. Le coût de l’opération est estimé à, minimum, 50 millions d’euros.

Mais alors, pourquoi Sony a remporté le gros lot avec son Xperia X ? Les deux institutions se sont exprimées sur le sujet et louent “la robustesse, la bonne autonomie et la qualité de l’appareil photo“, qui ont été prédominantes. En juin 2016, lorsque nous avions testé le smartphone, nous parlions d’un certain équilibre dans son utilisation, même si les photos et l’autonomie ne rivalisaient pas avec les cadors du marché, ce qui est encore moins le cas maintenant. Le Xperia X avait tout de même hérité d’un beau 8/10, signe que la Gendarmerie et la Police nationale ont du goût (et ont très certainement lu notre article).

De leur côté, Orange et Sony ont précisé que les modèles livrés fonctionneront sous Android “sans surcouche” tandis que l’Agence Nationale de la Sécurité des Systèmes d’Information s’occupera de sécuriser les appareils aux côtés d’entreprises privées spécialisées dans la sécurité informatique et la biométrie.

Avec ces nouveaux smartphones et tablettes, les policiers et gendarmes pourront accéder à un “cloud privé sécurisé” afin de trouver rapidement divers documents. Ils pourront surtout vérifier plus aisément une identité et valider, ou non, un permis de conduire. Une fonction de “remontée anthropométrique” est également évoquée même si on ne sait pas trop de quoi il en retourne.