Matchs et concerts en réalité virtuelle : Oculus lance sa plateforme Venues

Oculus a lancé sa plateforme Venues sur l’Oculus Go et le Samsung Gear VR. Elle permet d’assister virtuellement à des événements et d’échanger avec les avatars d’autres spectateurs.

Regarder un match comme si on était dans le stade, grâce à la réalité virtuelle, c’était la promesse de la plateforme Venues présentée à la F8, la conférence annuelle de Facebook à destination des développeurs. Mais c’est cette semaine qu’Oculus l’a lancé officiellement sur l’Oculus Go et le Samsung Gear VR.

Comme le note The Verge, elle propose déjà une programmation très éclectique intégrant aussi bien des matchs de sport et des spectacles que des films. Mais l’outil en lui-même est-il vraiment intéressant ? Certes, avec Venues, plus besoin de se déplacer ou de traquer les revendeurs de billets si le spectacle affiche complet. Mais qu’est-ce que la plateforme apporte de plus qu’une TV ?

Discuter avec les avatars d’autres supporters

Vu le témoignage de ce journaliste de CNET qui a eu l’occasion de le tester, Venues semble en réalité proposer une expérience très différente de celle qu’offre un téléviseur. Venues permet en effet à l’utilisateur de se téléporter d’un siège à l’autre et d’échanger avec les avatars d’autres spectateurs situés à proximité.

“J’ai commencé à discuter avec les gens tout en regardant le match. Exactement comme je le fais lorsque je me rends physiquement à un événement sportif”, précise le journaliste Scott Stein.

Le volume de l’événement et celui des échanges avec les avatars peuvent être ajustés séparément. “Et si je souhaite être seul, actionner le ‘mode solo’ me place automatiquement en haut de l’arène, dans une loge personnelle virtuelle”, précise Scott Stein.

Une expérience plutôt concluante estime donc le journaliste même si le fait de devoir porter le casque de façon prolongée n’est pas d’un confort absolu. À la fin de l’événement, rapporte-t-il, “j’avais des marques sur le visage et j’avais désespérément besoin de reposer mes yeux”.