CERN envisage de construire un gigantesque accélérateur de particules de 100 km de circonférence

Science

Par Corentin le

Le projet de construction d’un nouvel accélérateur de particules aux caractéristiques stupéfiantes est étudié par l’organisation européenne pour la recherche nucléaire.

Le CERN (Organisation Européenne pour la Recherche Nucléaire) a un nouveau projet colossal dans les cartons. L’actuel accélérateur de particules utilisé par le laboratoire, le LHC (Large Hadron Collider pour Grand Collisionneur de Hadrons) qui mesure approximativement 26 km de circonférence, est pourtant déjà le plus grand au monde. C’est ce collisionneur situé à cheval sur la frontière franco-suisse qui a notamment permis de confirmer l’existence du boson de Higgs en 2012.

Le collisionneur actuel semble cependant presque petit comparé à celui que le CERN souhaite construire. Baptisé FCC (pour Futur collisionneur Circulaire) ce successeur potentiel pourrait en effet mesurer pas moins de 100 km de circonférence ! C’est ce que mentionne en tout cas un rapport préliminaire de conception qui a réuni pas moins de 1 300 contributeurs (dont 150 universités). La construction d’un tel site est quant elle estimée à plus de 9 milliards d’euros, dont 5 milliards d’euros rien que pour creuser le tunnel.

Frédérick Bordry, directeur des accélérateurs et de la technologie au CERN, explique que l’objectif “est de proposer un accélérateur de protons supraconducteur prenant la forme d’un anneau de 100 km de circonférence et capable de fournir une énergie allant jusqu’à 100 TeV, soit une puissance environ dix fois supérieure à celle du LHC”.

Le communiqué du CERN précise qu’une telle construction “rendrait possibles des études de précision sur la manière dont une particule de Higgs interagit avec une autre particule de Higgs, ainsi qu’une exploration approfondie du rôle de la brisure de symétrie électrofaible dans l’histoire de notre Univers. Cela nous permettrait également d’accéder à des échelles d’énergie sans précédent et d’y chercher de nouvelles particules massives, ce qui ouvrirait de multiples perspectives pour de grandes découvertes. De plus, cette machine pourrait aussi faire entrer en collision des ions lourds ; avec un riche programme en physique des ions lourds, nous pourrions étudier l’état où se trouvait la matière dans l’Univers primordial.”

Si vous n’êtes pas certains de comprendre ce dont il s’agit, vous n’êtes pas le seul. Mais peu importe, Michael Benedikt, une autre tête pensante du CERN, assure que “toutes ces choses réunies constituent un très bon argument pour faire avancer de tels projets scientifiques uniques.” Pour le CERN, « un futur collisionneur circulaire offrirait à l’industrie des perspectives extraordinaires, en aidant à repousser encore plus loin les frontières de la technologie ». Reste à voir désormais si c’est ce projet qui est retenu.

6 réponses à “CERN envisage de construire un gigantesque accélérateur de particules de 100 km de circonférence”

  1. Le coût de la simple faisabilité du prochain porte-avions nucléaire est déjà de 5 milliards, et uniquement pour la pomme des français, donc bon, vu l’utilité comparée des deux ce n’est finalement pas si cher payé…

  2. Bah l’utilité n’est pas vraiment comparable entre ces 2 outils qui n’ont absolument rien en commun. L’un est pour assurer la défense d’un pays et l’autre pour des faits scientifiques.

  3. Si seulement on n’avait pas à “assurer les défenses d’un pays” justement…
    Après je dis pas, les guerres ont beaucoup aidé à faire évolution l’humanité technologiquement parlant… 
    Mais dans le fond si l’ensemble des budgets armées/défense de tous les pays du globe servaient plutôt à l’écologie et à la recherche scientifique, ça serait quand même sacrément cool.
    Sacrément cool, et sacrément utopiste bien évidemment 🙂 ce n’est qu’un doux rêve ^^

    ps : Juste en passant comme ça, cet accélérateur coûterait 9mrds €. Sachez qu’en 2010 par exemple, les dépenses militaires totales dans le monde ont été de 1 630 mrds $ (source wikipedia).
    Ça donne une petite idée…

  4. Le coût n’est pas faramineux pour le gain potentiel des études scientifique. D’autant que ce type de construction est financée par plusieurs pays, ça en devient dérisoire.

    Ces outils sont à disposition du monde entier.

  5. Avec un budget pareil je pense qu’on aurait certainement pu déjà coloniser d’autres galaxies 🙂

    Quand au transfert technologique, entre défense et usage civil je pense que la défense siphonne et fait de la rétention technique étant donné que les conflits sont de plus en plus larvés aujourd’hui. Certains pensent néanmoins que l’argent consacré à la science et l’espace est de l’argent gâché, l’armée par contre, ça, ça y va, aucun compte à rendre en plus (cf trou dans le budget du pentagone de 21 000 milliards de dollars en 20 ans).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *