Google Earth dévoile (encore une fois) des sites classés secret-défense par mégarde

Sur le web

Par Jules le

L’indiscrétion de l’application d’imagerie par satellite sévit cette fois à Taïwan. Suite une mise à jour, Google Earth affiche sans détour des rendus tridimensionnels assez précis de sites militaires jusque-là secrets.  

Imaginez un instant que vous êtes le gouvernement d’un petit pays. Pour vous défendre contre les éventuelles velléités expansionnistes de vos voisins, vous décidez d’équiper certains de vos sites militaires de lanceurs de missiles Patriot, probablement vendus par les États-Unis, dans le plus grand secret. Des missiles sol-air aussi bien capables de descendre l’aviation ennemie que des ICBM (Intercontinental Balistic Missile, plus communément connu sous le doux nom de : missile nucléaire). Vous vous dites que « c’est bon, on est à l’abri. »

Indécrottable gaffeur

Imaginez maintenant qu’un beau matin, vous lanciez Google Earth pour, on ne sait pas, trouver votre chemin, et que d’un coup d’un seul vous tombiez sur des rendus satellites d’excellente définition de vos bases militaires supposément secrètes. Eh bien ce cas de figure, c’est exactement ce qui vient d’arriver à Taïwan.

En effet, à l’issue d’une nouvelle mise à jour de Google Earth, qui ajoute de nouvelles versions tri-dimensionnelles des villes de Taipei, New Taipei, Taoyuan et Taichung, certains sites sensibles du pays sont devenus consultables en toute impunité.

En l’absence de la censure normalement déployée par Google pour protéger les bases militaires et autres sites secrets des divers pays, il est possible de voir précisément les emplacements des missiles Patriot de Taïwan, ainsi que la disposition de la base.

Face à cette faille de sécurité nationale, le ministre de la Défense Yen Te-Fa a fait savoir au journal South China Morning Post qu’un groupe de travail spécial avait été mis en place pour collaborer avec Google à la dissimulation des sites sensibles du pays.

Ce n’est pas la première fois que Taïwan a des problèmes avec l’application privée d’imagerie par satellite. En 2016, le pays avait demandé à la firme de Mountain View de brouiller une partie de l’île de Taiping, en vue de la construction d’infrastructures militaires.