Que contient la proposition de loi pour lutter contre la haine et l’antisémitisme sur internet ?

politique

Par Remi le

Dans un contexte de hausse des actes antisémites en France, Emmanuel Macron a précisé un peu plus la proposition de loi pour lutter contre la haine sur internet.

Durant un discours au Crif (Conseil Représentatif des institutions juives de France), le Président de la République française a annoncé les mesures phares du projet de loi du gouvernement pour lutter contre la haine et l’antisémitisme sur internet. Ce projet de loi devrait être déposé en mai.

Un délai imposé aux plateformes en ligne pour supprimer les contenus haineux

La loi, qui s’appuie très largement sur le rapport remis en septembre par la députée LREM Laëtitia Avia, devrait comprendre un certain nombre de mesures afin d’imposer aux géants du numérique de retirer le plus rapidement possible les contenus haineux. Les plateformes en ligne auront pour obligation de retirer tous les contenus appelants à la haine dans un délai qui devrait s’étendre à 24 heures.

Parmi les cibles du Président de la République, Twitter est en tête « pour citer des mauvais exemples, qui attend des semaines ou des mois pour donner les identifiants qui permettent de lancer des procédures judiciaires. » Ce n’est pas tout, car les autres plateformes comme YouTube, Facebook et même la société Webedia seraient également concernées.

Lever l’anonymat : une mesure controversée 

Par ailleurs, Emmanuel Macron s’est finalement prononcé dans son discours au Crif contre l’interdiction générale de l’anonymat sur le web, une mesure qui pourrait, selon lui, « aller vers le pire ». Cette levée de l’anonymat sur internet est au cœur de toutes les interrogations depuis que le Président de la République avait abordé cette question lors d’une assemblée de maire à Souillac dans le Lot, dans le cadre du Grand Débat National.