Captain Marvel : notre dossier complet

Cinéma

Par Julie le

Premier film du MCU à mettre en scène une super-héroïne, Captain Marvel sort en salle le 6 mars. Nouvel univers, nouveaux personnages, on fait le point.

Avec Captain Marvel, la maison des idées ouvre un nouvel univers et une nouvelle temporalité. Annoncé en 2014, le film est le premier Marvel à mettre en scène une femme comme personnage principal. On fait le point sur ce qu’il faut savoir sur la justicière en armure.

Qui est Carol Danvers alias Captain Marvel ?

En 1967, Stan Lee et Gene Colan créent le super-héros masculin Mar-Vell. Ce Kree, envoyé sur Terre pour l’infiltrer, va décider de renier ses origines et protéger la planète. Un an plus tard, il croise Carol Danvers qui n’est alors qu’un officier de l’armée de l’air américaine. Ce n’est qu’en 1977 qu’elle réapparaît pour devenir Ms. Marvel. Librement inspiré de la militante Gloria Steinem, le personnage est né de la volonté de Gerry Conway, responsable éditorial chez Marvel, et de son épouse, de donner une place aux super-héroïnes dans un monde jusqu’ici dominé par les hommes.

Après un bref passage du côté des X-men, elle devient en 2012 Captain Marvel. Scénarisée depuis lors par Kelly Sue DeConnick, elle se présente comme leader de l’A-Force et devient un membre très actif des Avengers. Dans sa version plus moderne, l’héroïne dévoile un nouveau costume dérivé de l’ancien. Elle devient finalement la protectrice de la Terre et la défend des Skrulls, ennemis juré des Kree.

Ces deux peuples extraterrestres s’affrontent depuis longtemps dans l’univers Marvel. Les Kree, peuple de Captain Marvel vivent sur la planète Hala. Ils sont très présents dans l’histoire des Marvel puisque suite à des expériences génétiques sur Terre, ils ont créé la race des Inhumains. Dans son univers étendu, Marvel a déjà exploité cette dimension notamment avec la série Marvel : Agents of S.H.I.E.L.D. Si vous ne l’avez pas vu mais que ce nom vous dit quand même quelque chose, vous avez surement aperçu l’un d’entre eux dans les Gardiens de la Galaxie. Le personnage de Ronan, homme antipathique à la peau bleue, est un Kree, il sera d’ailleurs présent dans Captain Marvel. Les Kree, historiquement, s’opposent aux Skrulls, cette race alien qui est connue pour son pouvoir de métamorphose. Originellement dotés d’une peau verte à écailles, ils peuvent aisément prendre une autre apparence plus réjouissante.

Ronan l’accusateur

Les origines du S.H.I.E.L.D

Avec Captain Marvel, la maison des idées nous plonge dans les années 90, soit entre Captain America et le premier Iron Man. Créé par Howard Stark à la fin de la Seconde Guerre mondiale, l’agence de la Stratégie Habilité Intervention Exécution et Logistique Défensive, ou S.H.I.E.L.D compte parmi ses rangs, l’agent Nick Fury. On  le retrouve donc, avant les événements qui lui ont coûté son œil, prêt à aider cette extra-terrestre. “Le plus dur, c’est que j’ai deux yeux ! C’est presque trente ans plus tôt, je dois oublier qui est Nick Fury dans les films que j’ai fait parce qu’il n’a pas encore construit ses opinions, son identité” explique Samuel Jackson, son interprète depuis la première apparition du personnage. Mais plus qu’une origin story sur Fury, Captain Marvel consacrera une partie de son intrigue au S.H.I.E.L.D et ses débuts. Jude Law confie quant à lui dans un communiqué de presse que le film s’intéressera à “leurs origines, comment ils ont commencé, un peu comme des ingénus pas au courant de ce qui se cache sur Terre et ailleurs.”

On aurait presque du mal à reconnaitre le directeur du S.H.I.E.L.D

Dernier film avant Endgame

Dernier long-métrage avant le chapitre final, Endgame, Captain Marvel joue un rôle important dans la suite de l’univers vous l’aurez compris. La scène post-crédit d’Infinity War est évocatrice à cet égard. (Attention spoiler si vous n’avez pas Infinity War) Alors que Nick Fury s’apprête à partir en poussière comme la moitié de l’humanité, l’ancien directeur du S.H.I.E.L.D se saisit d’un outil que ceux qui ont grandi dans les années 90 connaissent très bien : un pager. Dans ses derniers instants, Fury envoie un message à Captain Marvel. Pas besoin de dessin, c’est clair. Le film devra jouer un rôle important dans la suite des événements et faire office d’entrée en matière.

Back to the 90’s

Pour tous les nostalgiques des années Tamagotchi et Tam tam, le film risque d’être un pur plaisir. Deuxième opus seulement à ne pas se dérouler dans notre époque, il prend place dans la chronologie entre Captain America et le premier Iron Man. “C’est fou de repenser aux années 90 et de réaliser à quel point les choses ont changé. Il y avait des cabines téléphoniques et des pagers” se remémore Anna Boden, réalisatrice. Pour coller à son univers rétro, le film s’était même offert un site aux couleurs de la décennie. Des magasins iconiques ont été recréés par les décorateurs, c’est le cas notamment des Blockbusters, ces video store américains. Côté bande-sonore aussi, il devrait y avoir du beau monde. La super-héroïne porte notamment un t-shirt de NIN, groupe mythique de cette époque. Amis nostalgiques…

FX : effets spéciaux

Rien à avoir avec la série des années 90 mais bien ceux du film, comme à son habitude Marvel nous en fait voir de toutes les couleurs. Du visage écarlate de Crâne Rouge dans Captain America au teint émeraude de Gamora dans les Gardiens de la galaxie, les héros de l’univers s’affichent avec des maquillages plus impressionnants les uns que les autres. Captain Marvel ne déroge pas à la règle. “Nous avons fait beaucoup de recherche sur les métamorphoses dans les films. Nous avons regardé beaucoup de films fantastiques, comme Loup-Garou à Londres. Nous ne pouvons pas consacrer cinq minutes à la transformation comme ils le font dans ce film, mais nous voulions faire ressortir quelque chose d’organique avec du mouvement sous la surface de la peau.” Le maquillage n’est pas la seule technique utilisée dans le long-métrage pour transformer l’apparence des personnages. Pour rajeunir les personnages de Nick Fury et Phil Coulson, la production a eu recours à des techniques de motion capture.